RSE : le rôle de l’assistant(e)

Force est de constater que les « tâches » traditionnelles des assistantes(e)s et office-managers ne se cantonnent plus à des missions de type « secrétariat ». Elles contribuent désormais à la productivité et à la stratégie de l’organisation de l’entreprise.

La RSE (Responsabilité sociétale des entreprises) – démarche totalement volontaire – réunit l’ensemble des actions et des stratégies mises en place au sein d’une entreprise afin de répondre aux enjeux de développement durable en termes d’impacts sociaux, environnementaux et économiques sur toutes les interactions avec leurs parties prenantes (clients, employés, fournisseurs, collectivités…).

Assistant(e)s, office-managers, gestionnaires administratifs contribuent pleinement à la mise en œuvre de la RSE dans leur entreprise en jouant un rôle clé dans l’accompagnement et l’adoption des objectifs et des pratiques.

Les assistant(e)s endossent donc plusieurs rôles. En premier lieu, ils ou elles peuvent participer à la définition et à la mise en œuvre de la stratégie RSE de l’entreprise : en contribuant à l’élaboration des objectifs RSE, des indicateurs de performance, des plans d’actions et des budgets RSE.

Les assistant(e)s peuvent aussi avoir la charge de rédiger et de diffuser les documents de communication RSE (rapport annuel, newsletter, site Internet…) et de sensibiliser les employés à la RSE.

La partie de gestion des relations avec les parties prenantes est probablement la plus intéressante des missions. Les assistant(e)s et office-managers se chargeront ainsi de mettre en place le processus de consultation et de dialogue avec l’ensemble des acteurs qui forment l’entreprise : depuis les employés aux clients en passant par les fournisseurs et actionnaires. A ce stade, un grand chantier sur la gestion des réclamations et des demandes d’informations est à prévoir.

Enfin, la dernière mission consiste à suivre et mesurer les performances RSE. Les assistant(e)s peuvent avoir alors la charge de collecter et d’analyser les données RSE, de réaliser des évaluations externes et de participer à la définition des objectifs de progrès RSE.

D’assistant(e) à « Chargé de mission RSE », il n’y a qu’un pas. En effet, tout ce qui a été décrit précédemment comme « tâches » RSE de l’assistant(e) ou office-manager n’est autre que la description précise de la fiche métier du « Chargé de mission RSE » (également baptisé « Assistant RSE » ou « Responsable »). Certes, chaque entreprise délimite le périmètre de compétences du chargé de mission en fonction de l’importance donnée à la mise en place de bonnes pratiques de développement durable.

Où s’informer ?

Toutes les chambres de commerce et d’industrie dispensent de l’information et des formations sur la responsabilité sociétale des entreprises. Un point important car les réglementations et pratiques en matière de RSE évoluent très vite et deviennent très vite obsolètes. Le site la CCI (https://www.cci.fr/ressources/developpement-durable/responsabilite-sociale-rse) résume l’ensemble de ce qu’il convient de savoir sur les enjeux avec une approche très claire et facilement applicable : « Pérenniser l’activité de l’entreprise », « Réaliser des économies », « Se différencier commercialement et valoriser son image », « Fidéliser les clients, partenaires, fournisseurs », « Attirer les talents, mobiliser le personnel autour d’un projet et augmenter les performances en donnant du sens » et « Anticiper les risques et identifier les opportunités ».

Augustin GARCIA

Publié le 20 Déc, 2022

Rubrique Actualités | Numérique | RSE

Abonnez-vous à Assistant(e) Plus

Découvrez des dossiers dédiés aux problématiques des assistant(e)s de direction que la rédaction analyse pour vous.