ChatGPT, quel impact de l’IA sur votre métier ?

L’aube du grand remplacement par les IA alimente les fantasmes et fait les choux gras des médias. Mais qu’en est-il réellement ? Peut-on s’en passer ? Quel sera l’impact sur les différents acteurs de l’entreprise ? Voici quelques pistes pour apprendre à travailler avec ChatGPT afin de se libérer du temps, d’être plus rapide et efficace dans certaines tâches.

Des Cassandres prédisent que « l’IA va remplacer l’humain ». N’ayez aucune crainte ! Pour l’heure, cette allégation s’avère bien loin de la réalité. En revanche, il est plus probable qu’un humain, exploitant pleinement les possibilités des outils d’intelligence artificielle, tels que ChatGPT, vienne prendre votre place demain.

Il y aura, bel et bien, un avant et un après ChatGPT d’OpenAI. En effet, à l’image de la crise sanitaire devenue le catalyseur de l’avènement des solutions de visioconférence et du travail à distance, l’emballement médiatique autour de ce phénomène IA aura un impact profond sur la façon de travailler de tous les services et employés de l’entreprise.

Mais qu’est-ce que ChatGPT ? C’est la mouture grand public de GPT-3 d’OpenAI. Il s’agit d’un modèle de traitement du langage naturel, déjà pré-entraîné sur un gigantesque ensemble de données textuelles, auquel on accède via une interface de dialogue ergonomique. En pratique, l’utilisateur pose sa question (un prompt), l’IA comprend, analyse la demande et déclenche son réseau de neurones à la recherche de la réponse la plus pertinente. De manière quasi instantanée un texte est affiché. Cet ensemble de demandes-réponses est appelé une conversation. Pour obtenir de meilleurs résultats, il convient d’alimenter cette conversation et ainsi guider l’IA afin d’améliorer, encore et encore, sa compréhension du langage humain. En d’autres termes, l’humain joue le rôle de mentor et accompagne l’IA afin d’obtenir des réponses toujours plus naturelles et pertinentes.

Comment exploiter efficacement ChatGPT ?

Pour mieux comprendre l’impact de cette IA sur les habitudes de travail des assistant(e)s et office managers, commençons par regarder l’étendue des missions que l’on peut lui confier.

Production de contenus, aide à la correction de textes, préparation de réponses aux courriels basiques, aide à la prise de décision, organisation de tâches sous forme de listes, manuel interactif… telles sont quelques-unes des missions que les assistant(e)s et office managers peuvent confier à ChatGPT. Attention, il ne s’agit pas là d’un remplacement de l’humain, mais d’un accompagnement.

* Rédiger des courriels
« Écrire un courriel de refus d’un candidat à un poste »Ce premier exemple de « prompt » propose un courriel classique « Je vous remercie de votre intérêt pour le poste de [Nom du poste] chez [Nom de l’entreprise]. Nous avons pris le temps de considérer attentivement votre candidature et nous avons été impressionnés par votre expérience et vos compétences… Malheureusement, après une analyse minutieuse de toutes les candidatures, nous avons décidé de ne pas poursuivre votre candidature pour ce poste. »

Trop basique. Cette réponse n’est pas satisfaisante. Affinons la question en apportant des détails : « Écrire un courriel de refus d’un candidat pour manque d’expérience et non adéquation de son expérience avec le poste proposé ». ChatGPT inclut instantanément les raisons du refus en y mettant les formes : « Malheureusement, après une analyse minutieuse de toutes les candidatures, nous avons décidé de ne pas poursuivre votre candidature pour ce poste. Nous avons constaté que votre expérience professionnelle ne correspond pas suffisamment aux exigences du poste proposé, notamment en termes d’expérience dans [domaine spécifique lié au poste proposé]. »

Cette réponse ne vous semble pas assez fluide, qu’à cela ne tienne. Il suffit d’appuyer sur « Regenerate reponse » pour obtenir une nouvelle mouture.

Autre exemple : « Écrire un courriel de validation d’une commande en précisant les délais de livraison »

Réponses à des candidatures, demandes d’informations, validations de commandes, courriels de relance, envois de notes, de rapports… Tout est possible. Prenez simplement le temps de rédiger la demande avec le plus de précision possible et n’hésitez pas à retravailler le courriel dans la même conversation avec des ajustements tels que « Cette proposition de courriel est trop longue, peux-tu la raccourcir ? » ou encore « L’objet ne me convient pas, peux-tu me proposer une liste de plusieurs objets plus percutants ? » Remarque : vous n’êtes pas obligé de tutoyer l’IA !

Et si vous n’êtes pas prêt à laisser ChatGPT rédiger vos courriels, vous pouvez toujours lui demander de les relire, d’en évaluer le style ou la tonalité (« N’est-ce pas trop agressif ? », « Je trouve le texte confus, propose-moi une autre version »). ChatGPT a tendance à être « verbeux » et trop bavard, il est donc conseillé de réécrire les propositions en y appliquant ses propres bonnes pratiques en matière de rédaction.

*A chaque problématique, sa solution made by ChatGPT
ChatGPT s’appuie sur plusieurs térabits de données dont des manuels d’utilisation de tout et n’importe quoi. Il y a donc de fortes chances qu’il soit capable d’apporter des pistes de réponse à des problèmes courants. Pour vous en convaincre, voici deux solutions trouvées par ChatGPT à des problèmes de Wifi sur Windows ou de création d’une signature personnalisée avec Microsoft Outlook.

* Créer des listes et des To-Do Lists
Autre tâche pour laquelle ChatGPT se révèle l’assistant parfait : la création de listes. Il excelle sur les demandes du type : « Quelles sont les étapes pour préparer… une visioconférence, un ordre du jour, un communiqué de presse, un webinaire ».

ChatGPT sait aussi répondre à des demandes de type « Que dois-je faire… » ou « Quels sont les principaux outils disponibles pour… ».

* Production de contenus
La spécialité de ChatGPT est la génération de contenus à partir des directives passées dans le prompt. Qu’ils s’agissent de textes pour des sites, pour des notes de travail, de contrats, de descriptions de produits… les résultats obtenus sont tout simplement incroyables de pertinence. D’autant que l’on peut demander à l’IA d’ajouter des éléments plus précis ou des effets stylistiques.

Prenons, l’exemple de la rédaction de clauses pour des contrats de travail. Plutôt que d’aller explorer Google à la recherche d’un modèle prêt à l’emploi, il suffit d’interroger ChatGPT. Essayons la directive « Écrire une clause de non-concurrence pour un contrat de travail d’un cadre ».

En quelques secondes, une ébauche très concluante apparaît. Reste à la changer afin de l’adapter à vos attentes. Dans la même conservation de ChatGPT, indiquez l’élément à ajouter : « Inclure une partie spécifique à la non-utilisation de la base de clients de l’entreprise ». ChatGPT s’exécute :

« En outre, le salarié s’engage à ne pas utiliser ou exploiter, directement ou indirectement, les bases de données clients de l’entreprise, y compris les informations relatives aux clients et aux fournisseurs, pour quelque raison que ce soit, pendant la durée de son contrat et après son terme. »

C’est indéniable, ChatGPT sait produire du texte. Mais d’où vient-il ? Respecte-t-il la législation en termes de droits d’auteurs ? Pour produire son contenu, ChatGPT analyse les directives et met en route un processus de complétion alliant le contexte linguistique et toutes les informations qu’il a emmagasiné lors de son entrainement. Le résultat est donc « unique », mais est-il fiable ? Actuellement, l’IA ne peut se référer qu’à des données antérieures au 31 décembre 2021. Dès lors, tout n’est pas forcément cohérent, surtout si la demande se réfère à des concepts ayant pu évoluer depuis cette date.

Autre problématique et non des moindres : peut-on parler d’œuvres au sens du Code de la propriété intellectuelle pour ce qui est produit par ChatGPT ? En d’autres termes, en êtes-vous propriétaire ? Posez la question à ChatGPT, il vous répondra que tout ce qui est généré par l’IA appartient à OpenAI. Mais, si vous prenez soin de lire les conditions générales d’utilisation, il est clair que la société OpenAI transfère tous les droits sur le contenu à l’utilisateur. Donc, la personne qui saisit les directives (ou son entreprise) est le propriétaire du contenu. Enfin, presque… Car il est aussi dit qu’il faut signaler de façon claire que le contenu n’a pas été produit par un humain.

Reste que le « propriétaire » est lui-même « non-propriétaire » car il peut être plagié sans vergogne puisqu’il sera difficile de prouver que l’œuvre ainsi générée est originale…

ChatGPT, partie visible de l’iceberg de l’IA

L’IA, dite « générative », va évoluer pour s’intégrer parfaitement au cœur même de la plupart des applications. Cette intégration prend, aujourd’hui, la forme d’extensions (plugins) se greffant sur l’interface des logiciels. Demain, l’IA sera une fonctionnalité native des applications. Ainsi, le tableur Microsoft Excel pourra aller interroger une IA et compléter de manière autonome vos données à partir d’une sélection de cellules (dans l’esprit d’une suite « janvier-février-mars » qui s’auto-complète, mais sur des données plus complexes). Les traitements de texte proposeront de corriger vos documents et de leur apporter des effets stylistiques. Les messageries seront, quant à elles, capables de répondre seules à des courriels à partir d’un référentiel préétabli.

A l’heure du bouclage de cet article, OpenAI annonce la mise à disposition d’une version Pro de ChatGPT au prix de 42$/mois. Cette mouture « professionnelle » est plus rapide et toujours accessible. La version gratuite (Free Plan) demeure identique à l’antérieure affichant les mêmes fonctionnalités et le même temps de réponse. En revanche, elle sera moins facile à exécuter lors des pics d’utilisation.

ChatGPT n’est pas le seul produit proposé par OpenAI. Parmi les IA au catalogue, on remarquera tout particulièrement DALL-E2 destinée à générer des illustrations hyperréalistes à partir de directives textuelles et le Playground de GPT-3 dont l’objectif est de créer des modèles de traitement du langage naturel personnalisés.

D’autres IA sont dédiées à la génération de contenus (Rytr, copy.ai, text.cortex, redaction.ai ou encore ChatSonic de Wtritesonic) ou encore à la création de présentations visuelles de bonne facture (DesignerBot de Beautiful.ai par exemple).

En voici une liste non exhaustive :

OpenAI ChatGPT / https://chat.openai.com/

Jasper AI / https://www.jasper.ai/

Writesonic / https://writesonic.com/

Copy.ai / https://www.copy.ai/

Text.cortex / https://textcortex.com/

Rytr / https://rytr.me/

Rédaction.ai / https://redaction.ai/

DesignerBot / https://www.beautiful.ai/

OpenAI GPT-3 Playground / https://beta.openai.com/playground

DALL-E2 / https://openai.com/dall-e-2/

 

Augustin GARCIA

 

Publié le 23 Jan, 2023

Rubrique Actualités | Pratique

Abonnez-vous à Assistant(e) Plus

Découvrez des dossiers dédiés aux problématiques des assistant(e)s de direction que la rédaction analyse pour vous.