Sante mentale des salariés : sensibilisation et information demandées

Didier Meillerand, journaliste-fondateur du Psychodon et Luc Balleroy, Directeur Général d’OpinionWay révèlent aujourd’hui les résultats du sondage « la santé mentale en entreprise ».

Dans un contexte de crise sanitaire mondiale, les salariés sont plus que jamais fragilisés. Plus de 1 000 collaborateurs du secteur privé ont été interrogés pour dresser un panorama de la situation en entreprise sur différents sujets : la perception des maladies psychiques, le rôle du dirigeant dans l’accompagnement des salariés, les ressources à disposition de l’employeur pour favoriser le bien-être ainsi que les besoins exprimés.

Une responsabilité assignée à l’entreprise dans la santé mentale et pourtant peu de projets sont mis en place.

Aujourd’hui, 76% des salariés du privé estiment que l’employeur est le garant de la santé mentale de ses collaborateurs. En effet, offrir un lieu de travail propice au bien-être est la deuxième responsabilité qui incombe à l’employeur (59%). Actuellement, malgré ces résultats, moins d’un tiers des entreprises (31%) mettent en place des actions pour favoriser le bien-être au travail.

Parmi les principales mesures prises par les entreprises nous retrouvons par exemple la mise en place d’une ligne téléphonique (42%), ou encore des formations de secourisme en santé mentale (35%).

La santé mentale, toujours tabou en entreprise, mais plus pour très longtemps ?

L’étude révèle que 58% des salariés ne communiqueraient pas leur maladie à leur employeur s’ils y étaient confrontés. En cause : 73% pensent que leur manager serait gêné en découvrant leur maladie. En parallèle, 72% des répondants considèrent que la crise sanitaire permettra de donner une place plus importante à la santé mentale au sein des entreprises à l’avenir.

L’information et la sensibilitation, les clés pour désinhiber et libérer la parole

Largement abordée depuis un an par les professionnels de santé et pouvoirs publics, la santé mentale n’a pas encore percé les murs de l’entreprise. La sensibilisation comme l’information semblent être des leviers d’amélioration efficaces pour remédier à cet enjeu. En effet, seulement 22% considèrent l’être suffisamment pour réagir face à une attaque panique ou une crise suicidaire d’un de ses collègues. Pourtant, 66% des interrogés aimeraient en apprendre davantage sur les différentes maladies mentales et psychiques.

« La sensibilisation et l’information sont essentielles pour répondre aux enjeux en entreprise. D’autant plus avec la crise sanitaire qui se révèle comme un accélérateur de la détresse psychologique des salariés et du sentiment d’isolement des managers. Les résultats de l’étude pointent un triple défi à relever pour les entreprises vis-à-vis de la santé mentale : un défi RSE, un défi concernant la marque employeur et en effet un défi financier. » explique Didier Meillerand, Délégué Général du Psychodon.

A propos de Psychodon
Soutenue par la Fondation Sisley-d’Ornano, le groupe VIVENDI, et la Fondation ORPÉA, l’association Psychodon vise à sensibiliser le plus grand nombre autour des maladies psychiques, rassembler autour de cette cause et collecter des fonds pour financer des projets dans la recherche, l’accompagnement des 12 millions de Français touchés comme de leur entourage et le développement d’actions de prévention sur les territoires.

Publié le 4 Mai, 2021

Rubrique Actualités

Abonnez-vous à Assistant(e) Plus

Découvrez des dossiers dédiés aux problématiques des assistant(e)s de direction que la rédaction analyse pour vous.