Quel est le moral des Français pour cette rentrée ?

La rentrée est-elle le bon moment pour s’occuper de sa santé mentale et de celle de ses salariés ? 

Une rentrée mitigée…

Le retour au travail en septembre va être vécu bien différemment par les Français.

En effet, si les dirigeants et chefs d’entreprises semblent être plutôt optimistes (28 % le sont beaucoup et 44 % assez bien mais avec quelques appréhensions), plus d’un collaborateur sur deux aborde la rentrée avec appréhension et/ou pessimisme (31 % ressentent beaucoup de craintes et 22 % se disent très pessimistes).

Des dirigeants boostés et des salariés fatigués…

Afin de qualifier davantage le moral des Français, moka.care a demandé dans quel état d’esprit étaient les salariés et les dirigeants après leurs vacances. Dans l’ordre, 68 % des dirigeants se sentent plutôt bien, 64 % enthousiastes et motivés et 59 % sereins et reposés. En revanche, 58 % des salariés se déclarent plus fatigués qu’avant de partir en congés, 51 % un peu déprimés et fort heureusement 42 % enthousiastes et motivés.

Un soutien inexistant ?

Le contexte doublement challengeant du retour au bureau post-vacances et post-covid ne semble toutefois pas donner lieu à la mise en place d’un accompagnement particulier dans la plupart des entreprises. C’est en tout cas ce que déclarent 48% des dirigeants et 53% des collaborateurs. Ainsi, au global seulement 23 % des professionnels interrogés bénéficient de programmes de soutien et d’aide dans leur société. Et parmi les initiatives parfois mises en place, beaucoup relèvent plus du management que de l’accompagnement : soirée, pot de bienvenue, conférence vidéo des équipes, etc.

Un manque d’ouverture d’esprit ?

Parmi tous les critères qui sont susceptibles de freiner l’accompagnement mental des salariés en entreprise, c’est l’ouverture d’esprit des collaborateurs qui arrive en tête pour 54 % des salariés eux-mêmes et 57 % des dirigeants. Pour 34 % des personnes interrogées c’est également la méconnaissance des solutions existantes et possibles qui empêche ce soutien psychologique. A noter que le coût financier ne semble pas être un frein du point de vue des dirigeants (12 %) contrairement à ce que peuvent penser les salariés (33 %).

« Contrairement à notre santé physique pour laquelle on sait qu’il faut se laver les dents, manger équilibré ou faire du sport, personne ne nous a appris ou nous incite à prendre soin de notre santé mentale. Cela implique que nous sommes très peu proactif ou préventif avec notre santé mentale, attendant souvent la dernière urgence pour s’en préoccuper. Nous avons tous et toutes vu certains de nos collègues ou proches faire des dépressions ou des burn-outs. Ces situations de détresse auraient peut-être pu être évitées si le sujet de la santé mentale et psychologique était moins tabou, notamment dans le milieu de l’entreprise », a commenté Pierre-Etienne Bidon, cofondateur de moka.care.

Tous favorables à l’accompagnement ?

Pourtant, la demande de soutien psychologique est réelle. Une large majorité des personnes interrogées (59 %) serait favorable à la mise en place de solutions d’accompagnement mental par leur entreprise.

Paradoxalement, ce sont les salariés (62 %) qui sont les moins réfractaires (contre 57 % des dirigeants).

L’impact du mental sur le travail

Une fois n’est pas coutume, une notion fait l’unanimité chez 71 % des salariés et plus de 75 % des dirigeants interrogés : la santé mentale de tous les collaborateurs a un impact certain et évident sur le travail en entreprise.

À propos de moka.care
Initié en janvier 2020 et lancé en mai 2020 par Pierre-Etienne Bidon et Guillaume d’Ayguesvives, moka.care est l’allié santé mentale des entreprises. moka.care a pour ambition de rendre la santé mentale enfin accessible à tous en donnant accès aux salariés de nos entreprises partenaires à des sessions individuelles et collectives de thérapie et de coaching.

Publié le 2 Sep, 2021

Rubrique Actualités

Notre prochain afterwork

Prochaine parution

Septembre-octobre 2021

Pour lire nos parutions

Abonnez-vous à Assistant(e) Plus

Découvrez des dossiers dédiés aux problématiques des assistant(e)s de direction que la rédaction analyse pour vous.