Les allocations chômage après une démission, maintenant c’est possible !

Annoncé par Emmanuel Macron pendant sa campagne, la réforme pour bénéficier des allocations chômage après une démission est sur le point de rentrer en vigueur.

Si jusqu’à maintenant il était préférable de réfléchir à deux fois avant de démissionner, à partir du 1er novembre, l’accès aux allocations chômage sera plus facile ; celui-ci sera appliqué dans le cadre de la loi pour la liberté de chosisir son avenir professionel votée en septembre 2018.

Mais attention, pas question de se tourner les pouces, le Journal Officiel vient de publier les modalités qui seront appliquées :

le salarié devra avoir au moins 5 ans d’activité dans une entreprise ;

avant de poser sa démission, il devra demander un conseil en évolution professionnelle (CEP) auprès d’un opérateur agréé puis adresser à une commission paritaire (syndicats/patronat) de sa région une demande d’attestation du caractère réel et sérieux de son projet ;

cette commission examinera notamment la pertinence de la formation identifiée et les perpectives d’emploi ou, pour un entreprise, les besoins de financement et les moyens techniques et humains envisagés;

une fois l’attestation obtenue, le salarié aura 6 mois pour déposer une demande d’allocations à Pôle emploi qui sera chargé de contrôler la mise en oeuvre réelle du projet.

Le niveau d’indemnisation sera le même que pour les autres demandeurs d’emploi.

Ce droit sera renouvelé tous les 5 ans, soit 8 fois sur une vie professionnelle.

Publié le 25 Oct, 2019

Rubrique Juridique

Notre prochain afterwork

Prochaine parution

Septembre-octobre 2021

Pour lire nos parutions

Abonnez-vous à Assistant(e) Plus

Découvrez des dossiers dédiés aux problématiques des assistant(e)s de direction que la rédaction analyse pour vous.