Et si les managers étaient les véritables freins au télétravail ?

Depuis le 9 juin, les salariés peuvent retourner sur leur lieu de travail. Si le Covid-19 n’a pas encore totalement disparu et qu’il existe encore des protocoles sanitaires dans les entreprises, ces dernières se préparent à un retour à la normale. Comment rassurer les collaborateurs ? Comment les motiver et les inciter à revenir sur leur lieu de travail ? Quid du télétravail, sera-t-il totalement abandonné ?

Ces questions sont légitimes car, un an après, le home office est loin d’être la panacée. Le modèle hybride, alliant à la fois télétravail et présence sur site, est fortement privilégié. C’est en tout cas ce qui ressort de l’étude « Future of work 2021 »  auprès des Directions Informatiques et Responsables métiers. Tour d’horizon des résultats.

Pour 8 répondants sur 10 leurs entreprises ont favorisé le télétravail et elles continueront dans la majorité des cas

Un an après, il sera difficile de demander aux collaborateurs de revenir sur leur lieu de travail à temps plein. Les entreprises le savent et s’adaptent. En effet, 49 % des responsables métiers affirment avoir plus de flexibilité dans leurs horaires de travail et pour 44 %, les réunions virtuelles remplaceront les déplacements. Ces chiffres atteignent respectivement 35 % et 63 % auprès des responsables IT. Enfin, près d’une société sur deux devrait réaménager ses bureaux, avec des espaces facilitant les réunions à distance, afin de répondre à l’hybridation du monde du travail.

46 % avouent que leur entreprise a adopté un nouvel accord sur le télétravail

Seules 19 % des personnes interrogées indiquent qu’une telle initiative n’est pas prévue au sein de leur organisation. Un quart d’entre elles reconnaissent que cela sera prévu avant la fin de l’année et pour 10 % seulement, le projet est remis à plus tard.

38 % expliquent que les directions générales sont réticentes et/ou freinent le télétravail

Selon l’étude, dans les organisations réfractaires au télétravail, la réticence de l’équipe managériale est – pour 38 % des interrogés – le principal frein à sa mise en place. Ce challenge existe également au sein des entreprises enclines au télétravail avec 32% des répondants citant l’équipe de direction comme principal frein à la mise en place du télétravail.

L’hybridation du monde du travail est un des défis du monde post-Covid. Pour les entreprises, il ne suffit plus de dire qu’elles l’ont anticipé et qu’elles sont prêtes, désormais elles doivent le prouver. Et ce d’autant plus que les collaborateurs attendent de leurs entreprises une avancée significative sur ce point, un après avoir prouvé qu’un équilibre était possible. Enfin, ce signal est d’autant plus important en interne qu’en externe, vis-à-vis des talents que l’entreprise souhaite pouvoir attirer demain.

“Ces derniers mois, de nombreuses entreprises ont vu leur manière de travailler fortement ébranlée et, un an après, le retour à la normale s’avère compliqué. Il est donc primordial qu’elles ne manquent pas ce virage sociétal en disant : nous avions toujours fonctionné ainsi. Les attentes des employés ainsi que les nouvelles méthodes de travail obligent les managers à s’adapter en dotant leurs collaborateurs d’outils et en mettant en place les processus qui leur permettront de travailler efficacement où qu’ils soient”, explique Gabriel Frasconi, Regional Vice President Europe chez Zendesk.

A propos de Zendesk
Zendesk a entrepris la révolution de l’expérience client en 2007, en permettant à toutes les entreprises dans le monde de digitaliser leur service client. Aujourd’hui, Zendesk est le champion du secteur et excelle par son service, partout et pour tous, qui alimente des milliards de conversations, connectant plus de 100 000 marques à des centaines de millions de clients par téléphone, chat, e-mail, messagerie, médias sociaux, communautés, sites d’évaluation et centres d’aide. 

Abonnez-vous à Assistant(e) Plus

Découvrez des dossiers dédiés aux problématiques des assistant(e)s de direction que la rédaction analyse pour vous.