Entre collègues : arrêtez de tout critiquer !

Certains Français passent presque plus de temps avec qu’eux qu’avec leur famille, ils les côtoient tous les jours, connaissent leurs travers et leurs qualités, leurs tics de langage et leurs petites habitudes… les collègues ne laissent personne indifférent…

Quels liens avons-nous avec eux ? En faisons-nous des amis ? Est-ce que l’on partage avec eux notre pause déjeuner ? Ou plus encore, notre vie amoureuse ? Les répondants à la nouvelle enquête RegionsJob nous racontent leur vie au bureau en 2019…

Non à la critique, oui à l’esprit d’équipe

Sans surprise, pour 53% des actifs, un voisin de bureau qui sent mauvais est rédhibitoire. Plus subjectif, 55% n’aiment pas les collègues qui critiquent tout et 52% ne supportent pas quand un de leurs collègues tient des propos déplacés (racistes et sexistes, etc…).

Un peu plus loin, on déplore aussi les gens qui tapent trop fort sur leur clavier (37%) et les gens qui parlent trop (24%). Si ces comportements sont très gênants, difficile pourtant d’en faire part à la personne concernée. 46% des actifs en poste le font mais rarement, quand 23% n’arrivent pas à le dire du tout. 7% ont en revanche le courage de le dire systématiquement. De quoi maintenir la paix au bureau ?

Quant au voisin de bureau idéal, il a l’esprit d’équipe (54%), il est ouvert d’esprit (43%) et drôle (42%). Être travailleur (34%) et enthousiaste (31%) sont aussi des qualités qui comptent.

A contrario, les salariés détestent les collègues négatifs (47%), ceux qui se mêlent de tout (41%) et les fainéants (39%). Suivent ensuite les collègues sales (38%), les plaintifs (36%) et ceux qui ne parlent que d’eux (28%).

2 salariés sur 10 déjeunent devant leur ordinateur

Peut-être une conséquence des collègues trop négatifs, 24% déjeunent devant leur ordinateur plusieurs fois par semaine. De manière plus globale, les salariés français restent sur leur lieu de travail pour déjeuner, dans les espaces prévus pour : la cantine ou la salle de pause, plusieurs fois par semaine pour 57% d’entre eux.

67% des personnes interrogées ne rentrent jamais chez elles lors de la pause midi, un privilège réservé uniquement à ceux dont le domicile est proche de l’entreprise. Quant au restaurant, 42% des salariés interrogés n’y mettent jamais les pieds à l’heure de la pause déjeuner !

Lors des pauses en cours de journée, 64% des salariés quittent leur poste pour se rendre à la machine à café ou en salle de pause et ils sont 19% à ne pas prendre du tout de courtes pauses. Sans surprise, la boisson phare de la pause reste le café, consommé par plus d’un salarié sur deux, loin devant le thé (19%) et l’eau (18%).

Abonnez-vous à Assistant(e) Plus

Découvrez des dossiers dédiés aux problématiques des assistant(e)s de direction que la rédaction analyse pour vous.