Accueil > EMPLOI > ASTUCES EMPLOI > Actualités > Vous avez dit, profil idéal ?

Vous avez dit, profil idéal ?

Elisabeth Duverney-Prêt
|
Publié le 20/11/2017
En quelques années, les annonces d'emploi d'assistant(e) ont été modifiées pour s'ouvrir à de nouveaux profils. Mais cela ne suffit pas. L'association À Compétence Égale qui fédère des recruteurs engagés contre les discriminations à l'embauche, compte bien faire évoluer les mentalités.

Dans son 10e Baromètre de la perception des discriminations dans l'emploi paru en mars dernier, le Défenseur des droits a relevé que 34% des personnes en activité estiment avoir été discriminées dans leur emploi.

Des expériences de discrimination qui se sont déroulées au travail (29%) et/ou leur d'une recherche d'emploi (18,5%). C'est notamment ce dernier chiffre que l'association À Compétence Égale espère faire baisser dans les mois et les années à venir. 

La loi Égalité Citoyenneté du 27 janvier 2017 devrait en effet l'y aider : dans toutes les entreprises d'au moins 300 salariés et dans les entreprises spécialistes du recrutement, les employés chargés des missions de recrutement doivent désormais se former à la non-discrimination à l'embauche. 

"Nous avons pu constater ces derniers temps que les recruteurs sont mieux informés sur le cadre légal. Ils savent désormais où commence la discrimination. Mais il est encore difficile de dire que les choses se sont améliorées !", explique Anne Gallot, déléguée générale de l'association. 

 

➜ Se baser sur les compétences

Créée en 2006, À Compétence Égale prône un recrutement basé uniquement sur les compétences. Elle a ainsi pour mission de développer l'échange sur les bonnes pratiques en matière d'égalité des chances et de sensibiliser les professionnels du conseil en recrutement, les médias, les pouvoirs publics et les candidats à cette problématique. 

"Pour cela nous formons les équipes dans les cabinets de recrutement et dans les grandes entreprises. Nous effectuons également des audits des procédures de recrutement et nous publions des guides visant à expliquer comment recruter sans discriminer", poursuit la responsable. 

"Les formations permettent de faire prendre conscience des stéréotypes et de faire comprendre qu'il s'agit d'un fonctionnement du cerveau. Il faut aider les recruteurs à prendre le dessus sur ces stéréotypes lors de l'entretien de recrutement. Plus ils maîtriseront les techniques d'évaluations des compétences, moins ils auront à s'appuyer sur des critères discriminatoires."

Mais les recruteurs sont régulièrement confrontés aux demandes très orientées des entreprises souhaitant embaucher. 

"Leurs clients ont leurs propres représentations. Il faut donc les amener à voir les choses autrement et les convaincre que le meilleur profil n'est pas forcément celui auquel ils avaient pensé !"

 

➜ l'impact sur l'économie

Les expériences de discrimination le plus souvent rapportées par les candidats sont en majorité liées à l'âge, au sexe et à l'origine. 

Au sein d'À Compétence Égale, différents groupes de travail composés de membres de l'association et d'experts extérieurs se réunissent régulièrement pour mener à bien des travaux de réflexion et de production. Des commissions spécialisées sur les principaux critères de discrimination ont ainsi vu le jour afin de mesurer au mieux l'impact des perceptions des recruteurs. 

"Il est important de montrer que des entreprises subissent des pénuries de main-d'œuvre à cause de ces discriminations. Elles n'arrivent pas à recruter compte tenu de l'idée qu'elles se font du profil idéal. En finir avec ces discriminations sur le marché du travail pourrait rapporter 150 milliards d'euros selon un rapport de France Stratégie paru en décembre dernier en permettant un plus grand accès à l'emploi des personnes discriminées. Ce serait donc une belle avancée sociale mais aussi économique.". 

 

➜ Des outils pour agir

  • À Compétence Égale propose de nombreuses formations aux recruteurs et aux entreprises. Un module d'e-learning a même récemment vu le jour afin de permettre à tous de suivre ces formations. 
  • Un onglet "Testez vos stéréotypes" sur le site internet de l'association permet de mieux comprendre le fonctionnement de notre cerveau. C'est ludique et fort instructif. 
  • Quatre guides pratiques ont été édités par l'association : Comment recruter sans discriminer; Cadres seniors : recruter sans discriminer; Recrutement et orientation sexuelle; Personnes handicapées : recruter sans discriminer. 

 

➜ Recours : le défeNSEUR DES DROITS

Le Défenseur des droits est une institution indépendante de l'État qui lutte contre les discriminations et favorise l'accès aux droits des victimes de tels faits. Vous pouvez vous adresser à lui si vous estimez avoir été victime d'une discrimination. 

24 critères de discrimination ont été définis par la loi : identité sexuelle, handicap, état de santé, nom de famille, apparence physique, convictions religieuses, activités syndicales ou mutualistes, opinions politiques, appartenance à une race, appartenance à une nation, appartenance à une ethnie, grossesse, situation de famille, âge...

 


Aurore Demaiziere, Directrice de la division Assistanat

Le Cabinet Fyte, membre de l'association

Pour le cabinet de recrutement Fyte, adhérent de l'association À Compétence Égale et signataire de la Charte de la diversité, tout doit être fait pour "ne se baser sur sur les compétences", explique Aurore Demaiziere, directrice de la division Assistanat. 

"Peu importe que l'on ai affaire à un homme ou une femme même s'il est vrai que des clichés persistent en la matière ! C'est à nous, en tant que consultant, de faire attention aux remarques des uns et des autres, et parfois à faire face aux demandes orientées de quelques employeurs. Le sujet reste encore épineux avec certains, mais les formations que nous recevons sur ce thème nous permettent de trouver la bonne posture pour que des solutions émergent facilement"

 

➜ Mentalités

Les hommes étant de plus en plus nombreux sur certains postes d'assistants (office manager, hôtel d'accueil, assistant personnel, assistant de direction dans le secteur du luxe...), les mentalités évoluent plus rapidement qu'il y a quelques années. 

"Notre rôle est de trouver le meilleur candidat pour un poste, pour l'environnement de travail, celui qui aura les meilleurs atouts... il arrive que des employeurs soient surpris d'avoir des candidatures masculines, mais après cette première réaction, ils étudient les profils sans aucune réserve."

 

➜ Plus de mixité

"Nous constatons qu'il existe chez les employeurs, une volonté croissante d'agir en faveur de la mixité. Cela implique de proposer à nos clients le meilleur candidat et le fait que ce soit une femme ou un homme ne doit pas entrer dans le processus de décision. Pour nous, il est important de ne pas laisser la subjectivité ou les stéréotypes devenir des obstacles à la réalisation professionnelle et personnelle de chacun"

 

SUIVEZ-NOUS !
LinkedIn
Facebook
YouTube
Twitter
Instagram