Accueil > FICHES PRATIQUES > LES FICHES PRATIQUES > Langue / Projet Voltaire > Projet Voltaire : savez-vous prononcer les mots suivants ?

Projet Voltaire : savez-vous prononcer les mots suivants ?

Sandrine Campese, Responsable de la communauté en ligne du Projet Voltaire
|
Publié le 05/01/2018
Il n'y a pas qu'à l'écrit que les erreurs se remarquent; à l'oral aussi, notre langue peut fourcher.

Or, votre interlocuteur, surtout s'il est pointilleux, sera sensible à votre manière de dire les "s", de taire les lettres finales ou de placer les accents aigus. Voici une quinzaine de mots dont la prononciation est souvent malmenée. Mémorisez-les puis testez vos amis et vos collègues ! 

 

➜ [s] ou [z] ?

abasourdir : non, "abasourdir" ne se prononce pas comme "assourdir". Le "s" se trouvant entre deux voyelles, ont dit [abazourdir].

aérosol : le "s" de "aérosol" devrait se prononcer [z] puisqu'il est encadré par deux voyelles. Mais "aérosol" est un mot soudé, composé du préfixe aéro- et de la racine "sol" (abréviation de "solution"). Or, les mots soudés ont la particularité de conserver le son [s] de leur racine sans avoir besoin de doubler la consonne. C'est la même chose pour "parasol" (para+sol).

carrousel : même règle que pour "abasourdir"; placé entre deux voyelles, le "s" se comporte comme un "z", d'où la prononciation [carouzel].

 

➜ [s] final ?

ananas : le langage soutenu préfère taire le "s" final et dire [anana], mais le langage courant / régional accepte aussi [ananass]. Vous avez donc le choix !

➜ cassis : si l'on fait entendre le "s" de cassis s'agissant du fruit, il est d'usage de ne pas le prononcer quand le nom désigne la rigole qui traverse une route (l'inverse du dos-d'âne) et la ville de Cassis. 

➜ mœurs : l'usage traditionnel rend le "s" muet, mais dans le langage courant, il se prononce, ce qui permet d'éviter la confusion avec les formes conjuguées du verbe mourire, comme "meurs". Ici aussi, vous avez le choix !

 

➜ Autres finales

➜ broc : au sens de carafe, "broc" se prononce [bro] comme dans "croc". En revanche, le "c" final de "broc" est sonore dans l'expression "de bric et de broc". 

➜ cerf : sur le modèle de "nerf", le "f" de "cerf" est muet. On prononce [cer] comme dans "cerf-volant". 

➜ gent : traditionnellement, la prononciation ne fait pas entendre le "t" final. On parle donc de la "gen(t) féminine", ce qui permet au passage de distinguer ce nom de l'adjectif gente, féminin de gent (une gente dame). 

 

➜ [gn]

➜ oignon : ce mot se prononce [onion], et non [ouanion] ! Historiquement, la lettre "i" servait à "mouiller" le son [gn]. Pour les "réformateurs" de 1990, ce "i" est désormais de trop : ils préconisent d'écrire "ognon". 

➜ magnat : dans "magnat", le son [gn] se prononce comme dans "gnou", soit [mag-]. À l'inverse, le [gn] est "mouillé" (autrement dit, il se prononce [nia]) dans l'adjectif magnanisme (clément, généreux). 

➜ pugnace : même règle que pour "magnat", on prononce [pug-nace]. Pour vous en souvenir, n'hésitez pas à associer les deux mots : un "magnat pugnace". 

 

➜ "e" ou "é" ?

➜ genèse : il n'y a pas d'accent aigu sur le premier "e" de "genèse", ni dans ses dérivés scientifiques comme "ostéogénèse" (création de tissu osseux). Aucune raison, donc, d'ajouter un accent à l'oral ! 

➜ féerie : conformément à l'orthographe du mot, on devrait prononcer [féerie], sur le modèle de "fée" dont il est issu. Cependant, les rectifications orthographiques de 1990 préconisent d'écrire "féerie" et "féérique" pour se conformer à la prononciation courante.  

➜ rébellion : le premier "e" de "rébellion" étant coiffé d'un accent aigu, il est normal qu'il se manifeste à l'oral ! C'est sans doute en pensant à l'adjectif "rebelle" qu'on a tendance à dire [rebellion]. 

➜ rehausser : contrairement au mot précédent, "rehausser" ne prend pas d'accent aigu sur le premier "e". Par conséquent, il se prononce comme il s'écrit [rehausser]. 

 

Plus d'informations sur www.projet-voltaire.fr


SUIVEZ-NOUS !
LinkedIn
Facebook
YouTube
Twitter
Instagram