Parlez avec style avec… l’apocope !
Accueil > FICHES PRATIQUES > LES FICHES PRATIQUES > Langue / Projet Voltaire > Parlez avec style avec… l’apocope !

Parlez avec style avec… l’apocope !

Publié le 16/03/2018
Sans nous en rendre toujours compte, nous utilisons quotidiennement des procédés rhétoriques pour illustrer nos propos, leur donner plus de force ou, au contraire, les atténuer. Et si nous passions en revue les principales figures de style de la langue française ? Ce mois-ci, la tendance est au raccourci…

➜ L'apocope, qu'est-ce que c'est ?

Ce mot vous semble barbare et pourtant, vous pratiquez l’apocope à longueur de journée. Tenez, hier, par exemple, vous êtes allée chez votre kiné avant de déjeuner au resto, puis, de retour chez vous, vous avez allumé la télé pour regarder les infos. Et hop : une phrase, quatre apocopes ! Kiné est l’apocope de « kinésithérapeute » ; resto (qui s’écrit aussi « restau »), celle de « restaurant » ; télé, celle de « télévision » ; et info, celle de « information ». Vous l’avez compris, l’apocope est un type d’abréviation, qui consiste à supprimer la fin d’un mot (une ou plusieurs lettres ou syllabes).

➜ Transports, Études, sports...

Beaucoup de mots courants sont des apocopes. C’est le cas, par exemple, des moyens de transport : métro (métropolitain), mob (mobylette), moto (motocyclette), taxi (taximètre), tram (tramway), vélo (vélocipède). Même le pneu, élément constituant la plupart de ces véhicules, est l’apocope de « pneumatique ». C’est comme si nous voulions gagner du temps, non seulement en les empruntant mais aussi en les prononçant… Autre public friand d’apocopes, les élèves et les étudiants. Ils font des exos de maths, attendent la récré, consultent le dico (et le dermato !), partent en colo, vivent en coloc, révisent la géo et la philo, passent leur bac, s’inscrivent à la fac et se retrouvent en amphi ! Durant leur temps libre, ils jouent au basket, au foot, au hand ou au volley, apprennent le piano (pianoforte) et vont au ciné (apocope de cinéma, lui-même apocope de cinématographe).

➜ Dans la langue parlée

Le procédé est caractéristique de la langue parlée. Si vous dites « j’reviens dans cinq minutes » (au lieu de « je reviens »), vous faites une apocope du pronom « je », qui perd sa dernière lettre. Est-ce pour montrer que vous allez vraiment revenir vite ? Une apocope, c’est aussi ce que Charles Trenet fredonne, dans sa chanson « Y a d’la joie ! ». Attention, certaines,apocopes relèvent du langage familier. Vous éviterez ainsi de dire à un recruteur ou à un client que c’est la « cata », que vous aimez le « bénef » ou que sais-je encore !

➜ Dans les noms propres

L’apocope sert à former des diminutifs comme Alex, Béné, Capu, Isa, Jess, Fred, Matt, Max, Nico, Phil, Seb, Tom… Même les noms de marques subissent des apocopes ! Ainsi, une « Kronenbourg » est une « Kro » (même abrégée, elle est à consommer avec modération).

➜ Accorder l'apocope ?

Les mots formés par apocope prennent un « s » au pluriel : un kiné, des kinés, un métro, des métros, un taxi, des taxis… Parfois, un « o » est ajouté artificiellement au mot pour créer l’abréviation : un exercice, un exo, des exos. Attention, kilo est l’apocope de « kilogramme », pas de « kilomètres », et prend aussi la marque du pluriel (des kilos). Et si on enlève le début d’un mot ? C’est une aphérèse ! Blème est l’aphérèse de « problème », bus de « autobus »,‘soir de « bonsoir », Lisa de « Élisa » (elle-même apocope de « Élisabeth »), pitaine, de « capitaine », Ricain de « Américain », steak de l’anglais « beefsteak », etc. En connaissez- vous d’autres ?

 

Sandrine Campese - Responsable de la communauté en ligne du projet Voltaire

 


SUIVEZ-NOUS !
LinkedIn
Facebook
YouTube
Twitter
Instagram