Accueil > VIE PRO / VIE PERSO > BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL > Parentalité > Mères actives, ne soyez plus coupables !

Mères actives, ne soyez plus coupables !

Publié le 28/04/2016
Le sentiment de culpabilité est un sentiment très courant chez les mères de famille, qu'elles travaillent ou non. Alors bienvenues au club !

Les conseils de Nathalie Goursolas-Bogren, cofondatrice de Natmatiss, consultante et formatrice, spécialiste de la parentalité et de l'éducation. Bonne nouvelle ! Si vous vous sentez coupable, c'est parce que vous avez un sens moral et que vous faites la distinction entre le bien et le mal. Bravo ! Examinons donc ce fameux sentiment, il a des choses à nous apprendre, notamment sur qui décide ce qui est bien ou mal : la culture, nos collègues, la publicité... N'oubliez pas que la culpabilisation - c'est à dire la capacité à vous faire sentir coupable - est un ressort puissant pour manipuler les gens.

"Mais Madame, c'est important que vous soyez-là pour faire faire les devoirs à votre fille", "Ah bon, votre enfant ne fait pas d'activité ?", "Tu vas demander le divorce ? Tu sais ce que ça va faire à tes enfants ?", "Tu vas arrêter de travailler ? Mais tu n'as pas l'impression de tomber dans le piège de la mère au foyer ?", "Moi je fais mes petites purées moi-même, pas toi ?".

Pour essayer d'en finir avec ces messages culpabilisants qui nous tétanisent, faisons du rangement.

 

En finir avec la bonne mère

Réfléchissez à tous les messages cachés de la culture (et particulièrement la publicité) concernant la bonne mère. Qui a dit que la mère doit tout prendre en charge dans l'éducation ? L'image d'Epinal "une gentille maman épluche ses légumes dans une cuisine pendant que son enfant sage fait ses devoirs sur un coin de table et que le pot-au-feu mijote doucement" n'est qu'un leurre.

On a le droit de faire de la purée en flocons, vérifier les devoirs le week-end parce qu'on travaille en horaire décalé le reste de la semaine et laisser le père faire le repas du soir ! On ne s'est, sans doute, jamais autant occupé du bien-être des enfants qu'aujourd'hui. Donc les trucs poussiéreux nostalgiques d'un âge d'or qui n'a pas existé, au musée ! 

 

Vivre en accord avec ses valeurs

Oui, on peut culpabiliser de rentrer très tard, de ne pas voir assez ses enfants. Alors, faites le point et réfléchissez à un moyen de vivre en accord avec vos valeurs, si vous pouvez. Souvenez-vous qu'il faut tout un village pour élever un enfant et pas seulement en Afrique ! Le père, la famille, les amis, les animateurs de centre de loisirs, sont aussi là pour nous aider à éduquer des enfants ouverts sur notre société. Faites au mieux pour changer ce qui peut être changé. Pour le reste...

 

Continuer à avancer...

Marc Aurèle disait qu'il fallait avoir la sagesse de faire la différence entre ce que l'on peut changer et ce sur quoi on a pas de prise. Suivez son conseil. 

Vous avez des horaires décalés et vous ne pouvez jamais accompagner vos enfants à leur match de foot. Vous achetez les gâteaux d'anniversaire pour l'école parce que vous n'avez pas le temps d'en faire maison. Vous ne pouvez pas quitter le boulot pour emmener votre enfant chez l'orthodontiste à 11h15 les mardi. C'est la vraie vie. C'est comme ça. Ce sera toujours un caillou dans votre chaussure mais bougez le pied un peu pour plus de confort et continuez à avancer.