Accueil > VIE PRO / VIE PERSO > BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL > Développement personnel > Méditer n'est pas ce que vous pensez...

Méditer n'est pas ce que vous pensez...

Publié le 26/04/2017
Le choix du mot méditer est un peu malheureux...

Si vous demandez à vingt personnes ce que méditer veut dire, vous recevrez peut-être vingt réponses différentes. Aucune d'entre elles n'est fausse. Ce mot est trop vague. 

Par ailleurs, si vous cherchez le terme "méditation" en sanskrit, il apparaît qu'aucun mot ne veut dire méditation dans cette langue. On dit des esquimaux qu'ils n'ont pas un mot pour représenter la neige, mais bien vingt mots différents qui renvoient aux différentes formes de cette chose blanche dans laquelle ils passent leur vie et que nous rencontrons bien plus rarement. 
De même, le sanskrit compte bien une vingtaine de termes différents pour renvoyer aux différentes activités que nous appelons actuellement méditation. 

 

➜ "Réfléchir longtemps à...", "se préparer"

La racine du mot meditari signifie "réfléchir longtemps à", "se préparer". La tradition chrétienne l'a également utilisé dans ce sens.

Quand, au 16ème siècle, les premiers missionnaires virent au Japon des moines zen en silence, ils furent fort impressionnés. Ils pensèrent naturellement que ces moines méditaient, qu'ils étaient en train de penser longuement à des thèmes religieux. Mais quelque chose clocha bien vite. Quand ils demandèrent aux moines à quoi ils réfléchissaient pendant leurs exercices, ceux-ci donnèrent des réponses tantôt amusées, tantôt évasives comme : "Oh, rien d'important..."

Il fallut quelques siècles avant que des Occidentaux cherchent à vraiment savoir ce qui occupait tant les moines. C'était ce que nous appelons maintenant l'entraînement à la pleine conscience

 

➜ Deux idées fausses sur la méditation

Pendant la méditation, vous restez toujours ici, ancré dans la réalité. Le but n'est jamais de vous évader ou d'entrer dans une sorte de transe. Cet entraînement s'appelle "Apprivoiser le stress" et non "S'évader dans le cosmos". La pleine conscience nous invite sans cesse à être présent ici et maintenant, à cet instant, et jamais à s'en échapper. 

Méditer ne signifie pas davantage arrêter de penser. Si vous êtes pleinement attentif à l'instant, vous remarquerez la présence de pensées. Vous préféreriez peut-être ne pas les avoir. 
Dans l'entraînement à la pleine conscience, nous leur permettons d'habitude d'être comme elles sont. En déplaçant votre attention, par exemple sur la respiration, la pensée passera plutôt à l'arrière-plan, mais il se peut qu'elle détourne à nouveau votre attention quelques secondes plus tard. Et ce n'est pas un problème. 

La méditation n'est pas ce que vous pensez. C'est un concept transversal, qui comporte plusieurs couches de significations différentes. Ne vous prenez surtout pas la tête. Ce n'est que pas la pratique que vous y verrez plus clair. 

 

Extrait issu de Apprivoiser le stress par la pleine conscience

de Edel Maex - Éditions Deboeck Supérieur

 


SUIVEZ-NOUS !
LinkedIn
Facebook
YouTube
Twitter
Instagram