Accueil > VIE PRO / VIE PERSO > BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL > Actualités > Les Français, salariés les plus pessimistes d’Europe

Les Français, salariés les plus pessimistes d’Europe

Publié le 18/06/2018
Les Européens sont souvent caricaturés comme pessimistes et peu confiants mais cela n’est pas vrai pour tous les pays. D’après l’étude Workforce View in Europe menée par ADP (Automatic Data Processing), le leader mondial des solutions de Ressources Humaines, auprès de 9 908 employés européens, plus d’un quart des français interrogés ne se disent pas optimistes quant à leur avenir.

➜ Les Européens optimistes ou pessimistes au travail ?

  • 74% des salariés français se déclarent optimistes
  • La Pologne, l’Allemagne et les Pays-Bas sont les pays les plus optimistes d’Europe
  • 81% des femmes ont confiance en leurs compétences
  • L’Espagne est le pays qui a le plus confiance en ses compétences

Les salariés néerlandais sont les plus optimistes : 85 % d’entre eux l’affirment, soit une augmentation de quatre points par rapport à l'année dernière, tandis que les salariés français restent en dernière position (74 %), malgré une hausse de trois points par rapport à 2017. Dans le même temps, les changements les plus significatifs se manifestent en Italie, avec une hausse de six points en un an (de 72 % à 78 %), et en Pologne, avec une baisse de huit points (84 % à 76 %).

L’âge des personnes interrogées a aussi une incidence sur le niveau d’optimisme. Les jeunes par exemple ont une vision de leur avenir professionnel nettement meilleure que leurs collègues plus âgés. Chez les moins de 35 ans, 81 % se disent optimistes contre seulement 76 % des plus de 45 ans.

                          

Malgré des écarts importants entre les différents pays et les âges, l’optimisme est en hausse pour la troisième année consécutive !

➜ Les salariés européens ont moins confiance dans leurs compétences

Les besoins de compétences ne cessent d’évoluer à mesure que les technologies innovantes, les nouvelles idées et les stratégies modernes modifient le visage du travail. Pour rester pertinents, les employeurs et les salariés doivent régulièrement développer leurs compétences afin de se préparer aux besoins futurs. Un sentiment pas toujours partagé puisque 83 % seulement des salariés sont persuadés de posséder les compétences nécessaires pour réussir à leur poste. Ce chiffre correspond à une baisse inquiétante de 6 points depuis 2016.

La baisse de confiance est évidente dans la majorité des pays étudiés. Les salariés espagnols sont de nouveau les plus confiants dans leur niveau de compétences (89 %). À l'autre extrémité du spectre, les salariés néerlandais sont les moins confiants (78 %), soit une baisse importante de 14 points par rapport depuis 2016. La France se trouve sur cette question dans la moyenne haute avec 86% de confiants, soit un point de plus par rapport à l’année dernière mais 6 de moins par rapport à 2016.

Les femmes se montrent à nouveau moins confiantes que leurs collègues masculins (81 % contre 85 %), et les salariés ont tendance à voir leur confiance faiblir en vieillissant. Par exemple, les 45-54 ans affichent la confiance la plus faible, soit 79 %, contre 86 % chez les 16-24 ans qui ont récemment terminé leurs études et qui sont donc généralement plus habitués aux nouvelles technologies et plus flexibles face aux nouveaux modes de travail. Les professionnels de l'informatique et des télécoms arrivent à nouveau en tête des salariés les plus confiants (88 %), même si nous observons une baisse de trois points, ce qui laisse à penser que le rythme du changement sur le lieu de travail entame aussi la confiance des techniciens.

 

Pour plus d'informations sur : www.adp.com

 


SUIVEZ-NOUS !
LinkedIn
Facebook
YouTube
Twitter
Instagram