Accueil > VIE PRO / VIE PERSO > BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL > Actualités > Journée internationale des droits des femmes : les femmes sont-elles plus conciliantes ?

Journée internationale des droits des femmes : les femmes sont-elles plus conciliantes ?

Publié le 08/03/2018
A l’occasion de la Journée des femmes, le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half a analysé les données clés des enquêtes menées ces derniers mois pour découvrir comment les femmes réagissent par rapport aux hommes. Si les inégalités de genre sont régulièrement dénoncées dans le cadre du travail, les résultats de notre enquête sur « le bonheur au travail » sont surprenants : les femmes sont toujours plus satisfaites que les hommes. Alors vraiment heureuses ? Ou simplement plus conciliantes ?

➜ Le saviez-vous ?

Notre étude sur le bien-être au travail, « Le bonheur au travail, tout le monde y gagne* », montre que si l’écart entre hommes et femmes reste tenace au regard de la place des femmes à des postes directionnels, par exemple (66 % des répondants ont dit être managé par un homme et 31 % par une femme), les femmes ressentent plus positivement que les hommes certains aspects de leur vie professionnelle. Les femmes seraient-elles plus « accommodantes » au travail ?

 

➜ Florilège

Dans le cadre du travail, les femmes sont plus nombreuses que les hommes :

  • 16 % vs 13 % à estimer être traitées tout à fait équitablement et avec respect ; 
  • 24 % vs 17 % à considérer être tout à fait capables d’influencer d’importantes décisions ; 
  • 15 % vs 11 % à se sentir tout à fait libres d’être elles-mêmes ; 
  • 28 % vs 23 % à recevoir très souvent des commentaires constructifs au sujet de leur rendement ; 
  • 22 % vs 19 % à trouver qu’elles apprennent constamment de nouvelles choses ; 
  • 35 % vs 26 % à dire qu’elles ont très souvent l’occasion d’être créatives ; 
  • 21 % vs 17 % à se sentir très appréciées pour leurs efforts.

➜ Pourtant, les femmes doivent s'affirmer et saisir des opportunités

Selon les DRH que nous avons interrogés, les talents féminins doivent désormais oser : d’une part, affirmer leurs compétences et expériences, et d’autre part se positionner clairement sur leurs objectifs, pour favoriser un changement de mentalité et lever quelques préjugés subsistants, à leur encontre.

  • Pour 39 %** : les femmes doivent être plus affirmées lors des négociations de salaire et communiquer leurs objectifs de carrière de façon plus directe ;
  • Pour 37 % faire connaître et valoriser leurs réalisations au sein de l’entreprise ;
  •  Développer leurs compétences, via des programmes de formation (31 %) ;
  • Se positionner clairement sur une potentielle promotion (23 %).

 

« Si l’égalité professionnelle s’est imposée comme un objectif partagé par tous, les femmes peuvent encore rencontrer des difficultés, dès qu’il s’agit d’accéder à des postes à responsabilités ou de concilier vie professionnelle et vie personnelle par exemple. Beaucoup d’efforts ont été faits ces dernières décennies pour réduire les inégalités hommes-femmes. Les progrès accomplis ne doivent cependant pas nous faire oublier qu’il est encore possible de faire mieux dans bien des domaines », ajoute Gaelle Marre, Directeur Robert Half France.

* Enquête réalisée par un institut de sondage indépendant pour Robert Half et menée auprès de 2 000 salariés français au 3e trimestre 2016. Les résultats sont notamment segmentés par âge, taille de l’entreprise, secteur et région.2 000 salariés français de 18 à 55 ans, exerçant dans des secteurs très variés (IT, santé, éducation, finance, marketing, RH…) sur l’ensemble du territoire. ** Enquête réalisée par un institut de sondage indépendant pour Robert Half et menée auprès de 200 Directeurs des Ressources Humaines en France en avril 2016. 

 

Pour plus d'informations : https://www.roberthalf.fr 

 

 

 


SUIVEZ-NOUS !
LinkedIn
Facebook
YouTube
Twitter
Instagram