Accueil > VIE PRO / VIE PERSO > BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL > Développement personnel > Être reconnu au travail, un besoin capital pour le salarié comme pour l'entreprise

Être reconnu au travail, un besoin capital pour le salarié comme pour l'entreprise

Publié le 12/12/2017
Selon l’étude sur le bien-être au travail menée et publiée par le cabinet Robert Half, plusieurs facteurs contribuent à garantir un environnement de travail positif.

Robert Half a récemment interrogé un panel de 302 directeurs et managers* pour avis, sur les éléments capables d’accroître la productivité ou, au contraire, d’impacter négativement l’engagement et la motivation des équipes.

 

➜ La reconnaissance génère des émotions positives

L'étude sur le « bonheur » au travail met en évidence la relation entre émotions positives et motivation. Susciter des émotions positives, via la gratitude et la reconnaissance, est un outil aussi simple qu’efficace.

De nombreuses recherches confirment que les collaborateurs sont beaucoup plus performants quand ils se sentent appréciés et reconnus par leur manager et leurs équipes. Dans ce cas, il s’agit de considérer surtout l’individu.

A titre d’exemple, l’impact d’un sincère remerciement pour un travail bien fait est considérable sur l’optimisme d’un collaborateur, voire de l’équipe : il montre que les efforts et le dévouement sont pris en compte et valorisés. Le docteur Christine Carte (sociologue et membre du Greater Good Science), recommande de féliciter les membres de son équipe avec sincérité et précision, et le plus rapidement possible.

Côté salaire, les primes et autres bonus matérialisent la reconnaissance faite à un collaborateur pour bonnes performances. Si le salaire n’est pas l’élément déterminant, pour certains profils particulièrement sollicités, les gratifications peuvent conditionner le choix du recruteur, ajouter à leur sentiment d’appartenance et être le vecteur de loyauté.

 

➜ 46% des DG et managers citent le manque de reconnaissance comme l'un des facteurs les plus susceptibles d'impacter négativement la motivation des équipes

En outre, quand on sait que 54 % de ces DG et managers sondés affirment que l’engagement et la motivation des équipes sont le facteur numéro 1 pour la productivité de l’entreprise, on peut établir un lien direct entre la reconnaissance au travail et la productivité de l’entreprise.

Manque de reconnaissance
→ Désengagement et démotivation des équipes
→ Baisse de la productivité de l’entreprise

« Les salariés « heureux » sont plus résilients et plus fidèles, ils défendent leur entreprise avec plus d’enthousiasme et de conviction. Reconnaître le dévouement, les efforts et les bonnes performances est important.», ajoute Olivier Gélis, directeur général de Robert Half France.

 

➜ Les facteurs les plus suspeptibles d'impacter négativement l'engagement et la motivation des équipes sont... : 

  • Le manque de reconnaissance : 46 %
  • Des outils défaillants ou absents : 41 %
  • La mauvaise adéquation collaborateur et travail : 37 %
  • Une perte de confiance dans le management direct : 37 %
  • Des charges de travail trop importantes : 34 %
  • De mauvaises relations avec les collègues : 33 %
  • Le manque d’autonomie : 32 %
  • Aucune visibilité de progression de carrière : 22 %
  • Une rémunération stagnante : 17 %
  • Autre : 1 %

 

 

➜ Les facteurs capables d'accroître la productivité de l'entreprise sont : 

  • L’engagement et la motivation des équipes : 54 %
  • Les bonnes compétences (collaborateurs) aux bons postes : 53 %
  • L’aptitude des collaborateurs à la créativité et à l’innovation : 38 %
  • La culture d’entreprise : 33 %
  • Des technologies de pointe : 31 %
  • Diminuer les réunions et les e-mails : 29 %
  • Un management plus horizontal : 27 %
  • Plus de transparence des objectifs et de la vision de l’entreprise : 23 %
  • Aucune de ces propositions : 4 %

 

Plus d'informations sur www.roberthalf.fr


SUIVEZ-NOUS !
LinkedIn
Facebook
YouTube
Twitter
Instagram