Projet Voltaire : Emoticônes, mode d'emploi
Accueil > FICHES PRATIQUES > LES FICHES PRATIQUES > Langue / Projet Voltaire > Projet Voltaire : Emoticônes, mode d'emploi

Projet Voltaire : Emoticônes, mode d'emploi

Publié le 14/01/2016
Ils sont devenus incontournables, ces petits "visages" qui s'invitent dans nos SMS, nos chats, nos e-mails et nos messages partagés sur les réseaux sociaux. Nous les employons, excessivement ou timidement, sans toujours être bien sûrs de ce qu'il signifient vraiment, de la manière de les écrire et, enfin, de la façon dont ils sont perçus par notre interlocuteur. Pour manier les émoticônes en toute sérénité (et sécurité !), il suffit de consulter leur mode d'emploi.

Présentations :

A tort, on utilise le nom anglais smiley pour désigner des visages représentant toutes sortes d'émotions. Rétablissons la vérité sans plus tarder : le smiley est, comme son nom l'indique, un visage souriant. Le terme qui englobe l'ensemble des expressions faciales est "émoticône", mot-valise composé des noms émotion et icône.

On distingue les émoticônes typographiques comme ":-)", qui sont les plus rudimentaires et se regardent en penchant la tête vers la gauche, des émoticônes graphiques plus élaborées et que l'on peut admirer sans se faire un torticolis .

Entre les deux, citons les émoticônes de style manga, réservées aux japonais et aux geeks : "^_^". Sans oublier les émoticônes (ou gifs) animées qui applaudissent en gants blancs quand elles ne profèrent pas des jurons.

Nous voilà incollable sur leurs variétés. Mais savez-vous à quoi servent les émoticônes ? 

 

Interprétations :

A l'oral, la tonalité de notre voix et les expressions de notre visage aident notre interlocuteur à saisir l'intention de nos propos. Les émoticônes remplissent le même rôle dans nos conversations écrites.

On peut les interpréter de deux façons différentes. Au premier degré, elles précisent notre humeur : on ajoutera un visage rieur ou excité à l'annonce d'une bonne nouvelle. Mais ce n'est pas dans ce contexte que les émoticônes sont le plus utiles, car ici les mots parlent, d'eux-mêmes. Au mieux, l'émoticône permet d'insister ou d'exagérer le propos.

C'est lorsqu'on manie l'ironie que les émoticônes se révèlent déterminantes, au point de changer totalement le sens de votre phrase. Si vous écrivez "Bravo, continue comme ça !", le destinataire du message peut penser que vous le félicitez. Mais sous la forme "Bravo, continue comme ça ! :-(", l'éloge devient remontrance.

 

Ponctuations :

  • Lorsqu'on place une émoticône en fin de phrase, faut-il mettre le point avant ou après ? A moins qu'elle ne serve de point à elle seule ? 

Non, l'émoticône n'est pas un signe de ponctuation. La preuve, on peut l'insérer en milieu de phrase sans mettre fin à celle-ci.

Nous l'avons vu, l'émoticône indique l'émotion que nous ressentons à l'instant précis où nous rédigeons un message. Placée avant le point final, elle ponctue la phrase que l'on vient d'écrire Placée après le point final, elle introduit la phrase suivant.

Les choses se corsent avec les émoticônes typographiques, surtout lorsqu'elles sont placées entre parenthèses ! Doit-on écrire : "(génial ;-)" en considérant que l'émoticône sert de parenthèse fermante ou : "(génial ;-))" en doublant la parenthèse, ce qui n'est pas très esthétique ? Autre possibilité, ajouter un espace entre l'émoticône et la ponctuation (c'est mieux comme ça ? ;-) ).

 

Précautions :

  • Encore une question qui divise : peut-on utiliser des émoticônes dans nos e-mails professionnels ? 

 

Tout dépend de la personne à qui vous vous adressez. Le mieux est encore d'appliquer l'émoticône à une situation réelle. Après tout, elle est censée représenter votre propre visage ! Il ne vous viendrait pas à l'idée de faire un clin d'oeil ou de tirer la langue au "big boss" n'est-ce-pas ? 

Bien évidemment, rien ne vous empêche d'en utiliser avec vos collègues. Mais là aussi, prudence, surtout si vous venez d'intégrer une entreprise. Faites en sorte de ne pas être la première à lancer les réjouissances ! Même si elles sont entrées dans nos moeurs scripturales, les émoticônes peuvent encore passer pour des familiarités.

Enfin, si votre interlocuteur vous écrit à l'aide d'émoticônes, sentez-vous libre d'adopter son "langage" pour faire passer vos propres messages. Une recette de communicant qui a fait ses preuves ! 

 

Sandrine Campese, Responsable de la communauté web du Projet Voltaire. www.projet-voltaire.fr


SUIVEZ-NOUS !
LinkedIn
Facebook
YouTube
Twitter
Instagram