Accueil > Les indispensables de l'assistant(e) > Univers de bureau > Astuces > Écocitoyenneté : les bonnes pratiques au bureau

Écocitoyenneté : les bonnes pratiques au bureau

Stéphanie Santerre
|
Publié le 28/06/2017
Dans un rapport intitulé "Être écocitoyen au bureau", l'ADEME - l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie - propose un guide de bonnes pratiques pour réduire l'impact écologique et œuvrer dans le bon sens durable (Extraits).

➜ L'ordinateur

Selon l’ADEME, l’ordinateur de bureau est utilisé en moyenne 3 heures par jour de travail. Un ordinateur portable consommerait entre 50 et 80 % d’énergie en moins qu’un ordinateur fixe : il est donc judicieux d’opter pour cette famille d’appareils.

Bonnes pratiques : 

  • Ne pas abuser du mode « veille » qui génère encore 20 à 40 % de consommation, et éteindre le plus souvent son ordinateur. Une fois à l’arrêt, il faut idéalement débrancher les prises secteurs, qui continuent d’alimenter la batterie.
  • Ne pas hésiter à éteindre l’écran à chaque absence de plus d’un quart d’heure ; ceci n’endommagera pas l’appareil. Il est également conseillé de réduire la luminosité de l’écran.
  • Attention aux économiseurs d’écran et aux graphismes en 3D, souvent beaucoup plus énergivores que le mode « actif ».



 

➜ La photocopieuse / l'imprimante

Si vous n’êtes pas décisionnaire en matière d’achat de ces équipements, votre connaissance sur leur consommation pourra peut-être peser un jour. Un photocopieur consomme 80 % de son énergie en mode « attente »…

Bonnes pratiques : 

  • Privilégier une utilisation d’un appareil multifonctions (imprimantes/scanner/photocopieur) à la place d’un appareil individuel.
  • Choisir une imprimante adaptée. L’utilisation d’imprimantes jet d’encre varie de 5 à 10 W en fonctionnement. Elles n’ont pas besoin de préchauffage, au contraire des imprimantes laser (entre 200 et 300 W), plus adaptées à de gros volumes d’impression.

 

 

➜ Le papier

Le papier reste le premier consommable utilisé au bureau avec 80 kg de papier consommé par personne et par an, soit l’équivalent de 30 ramettes. Le développement des TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) n’a pas diminué la quantité de papier au bureau, constate l’ADEME, et représente encore les 3/4 du tonnage des déchets qui y sont produits. Le taux de recyclage de ces papiers de bureau est de seulement 35 % en France.

Bonnes pratiques : 

  • Éviter de tout imprimer : les emails, les documents de travail en intégralité, les présentations numériques… On peut sélectionner seulement ce qu’il est indispensable de conserver. • Imprimer en resto/verso : division par 2 du volume. On peut également imprimer les documents en 2 pages par feuille.
  • Réutiliser les versos blancs des documents déjà imprimés/photocopiés.
  • Annuler l’abonnement aux journaux non lus.
  • Privilégier les papiers éco-labellisés.

 

 

➜ L'éclairage

Côté gaspillage, l’éclairage n’est pas en reste. Des solutions accessibles permettent d’obtenir un bon confort visuel et/ou de réaliser des économies d’énergie, dans la mesure où l’éclairage représente 15 à 20 % des dépenses d’énergie dans les bureaux.

Bonnes pratiques :

  • Bien choisir l’emplacement des postes de travail. Placés perpendiculairement aux fenêtres, ils bénéficient au mieux de la lumière naturelle.
  • Éteindre les lampes dans les pièces non occupées et en cas d’absence (déjeuner, soir et week-end). 10 minutes d’éclairage inutile 3 fois par jour, c’est l’équivalent de 5 jours d’éclairage en continu au bout d’un an !
  • Remplacer les lampes énergivores, comme les halogènes, par des lampes économes (lampes basse consommation, tubes fluorescents haut rendement, etc.).

 

 

➜ Le chauffage et la climatisation

C’est le premier poste de consommation d’énergie des bâtiments et un facteur de bien-être essentiel pour le personnel, souligne l’ADEME. Si leur installation nécessite des investissements importants en amont, chacun peut contribuer, à son échelle, à des économies substantielles.

Bonnes pratiques : 

  • En hiver, régler les thermostats à 19 °C (passer de 20 °C à 19 °C permet d’économiser 7 % de la consommation de chauffage).
  • Régler les radiateurs en fonction de la température et de l’ensoleillement extérieurs (les bureaux orientés Sud peuvent bénéficier d’un peu plus de chaleur).
  • Vérifier l’état des équipements.
  • En été, maintenir la fraîcheur de l’air pour éviter l’usage de la climatisation : bien ventiler aux heures fraîches, fermer portes, stores et fenêtres aux heures chaudes.
  • Régler la climatisation, si nécessaire, à 4 °C au-dessous de la température extérieure, sans descendre sous 26 °C. Pour être efficace, elle doit fonctionner les fenêtres fermées.

 

Pour aller plus loin, consultez les guides de l’ADEME


SUIVEZ-NOUS !
LinkedIn
Facebook
YouTube
Twitter
Instagram