Accueil > VIE PRO / VIE PERSO > BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL > Parentalité > Devoirs du soir : comment les aider ?

Devoirs du soir : comment les aider ?

Publié le 25/08/2016
Du CP à la terminale, les devoirs du soir sont souvent un "casse-tête" pour les parents. Il y avait déjà le judo, le goûter, le bain à caser dans un temps très limité, il faut aussi trouver un peu de place pour les verbes irréguliers et les tables de multiplication...

Comment faire face ? Pour y voir plus clair, nous avons interrogé Carole, professeur de lettres dans un collège.

 

➜ Quel premier conseil donneriez-vous aux mamans dont l'enfant entre au CP ?

Essayer dans la mesure du possible de garder des horaires réguliers. Les moments de distraction et de travail doivent être clairement délimités pour que l'enfant s'y retrouve.

Par exemple, les parents peuvent décider que le petit élève fera ses devoirs après le goûter, avant le bain et le dessin animé. Je leur conseillerais d'être assez fermes, et d'imposer un rythme : chaque soir, à heure fixe, consacrer exactement le même laps de temps aux devoirs scolaires.

Cette régularité donne de bons résultats et apprend à l'enfant la concentration. Inutile de s'acharner trois heures de suite pendant toute une soirée, et de les laisser tranquille les autres jours, l'enfant ne retiendra rien. 

 

➜ L'élève de CP peut-il travailler seul à son petit bureau ? 

Je pense que c'est prématuré. Il faut cependant lui installer un endroit où il pourra ranger ses affaires de classe et organiser son travail. Mais il n'est pas encore capable de se concentrer tout seul.

S'il est dérangé par le téléphone, ou bien si les parents font la cuisine en même temps, il se lassera très vite.

 

➜ Comment faut-il procéder pour faire apprendre les leçons ? 

Il faut avant tout beaucoup de patience et ne pas se précipiter sur l'exercice à faire. On relit d'abord la leçon du jour. On apprend ainsi en même temps que l'enfant et on peut lui expliquer ce qu'il n'a pas compris.

 

➜ Doit-il apprendre ses leçons par coeur ? 

Personnellement, je n'applique pas cette méthode. Je crois beaucoup au pouvoir de la main : c'est à dire au passage à l'écrit. Je fais réecrire toutes les leçons à mes élèves : cela les oblige à se concentrer. Et puis, écrire c'est une sorte de sport, c'est un peu comme la course à pied : si on n'écrit pas tous les jours, on s'essoufle. 

 

➜ Et pour l'apprentissage de la lecture ? 

Il faut bien entendu faire lire l'enfant à voix haute, mais il faut se méfier, surtout en CP, de sa mémoire auditive et visuelle. Il peut répéter parfaitement une phrase, parce qu'il l'autra retenue, sans pour autant être capable de la lire vraiment. Il faut toujours changer quelques mots de la leçon pour voir si il a compris.

 

➜ Un étudiant peut-il, à votre avis, remplacer les parents pour les devoirs du soir ? 

Tout à fait. Cela peut même être très bénéfique pour certains enfants qui ne supportent pas que leurs parents les assomment de conseils tous les soirs, alors qu'ils le tolèrent très bien de la part d'une personne étrangère.

 

➜ Lorsqu'il entre en sixième, doit-on encore aider l'enfant pour les devoirs ? 

C'est à mon avis nécessaire, surtout en ce qui concerne les matières nouvelles. Pour les exercices qu'il connaît déjà, on peut lui laisser davantage de liberté, mais il aura encore du mal à s'enfermer dans sa chambre pour travailler comme un grand.

Le plus simple est de l'installer, à la cuisine par exemple, pendant la préparation du repas. Il pourra ainsi poser facilement des questions et être surveillé sur sa concentration...

 

➜ Quelle méthode préconisez-vous pour assimiler les leçons ? 

Encore et toujours l'écrit. Avec un enfant qui a du mal à se concentrer, cette méthode peut faire des miracles.

 

➜ Et pour les exercices ? 

À l'étude, il m'est arrivé d'expliquer les mathématiques alors que je suis professeur de lettres. Je lis attentivement le manuel avant de me lancer, puis je m'entraîne sur des exemples avec les élèves pour voir s'ils ont compris. Je les laisse ensuite réfléchir seuls sur l'exercice à faire. Je jette ensuite un coup d'oeil, mais je ne le corrige pas : il ne s'agit pas de remplacer l'enseignant.

 

➜ Au lycée, l'élève va-t-il devoir travailler plus longtemps chaque soir ? 

Oui, car la somme de travail devient de plus en plus importante, et les épreuves s'allongent : la durée des "interros" passe progressivement de une à deux voir quatre heures.

 

➜ Doit-on encore aider un élève de terminale dans ses devoirs ? 

Je ne pense pas. Il doit apprendre à travailler seul, dans sa chambre. La préparation au bac, c'est un peu le début des études supérieures.

Mais on peut cependant jeter un coup d'oeil sur l'emploi du temps. 


SUIVEZ-NOUS !