Accueil > VIE PRO / VIE PERSO > VIE PROFESSIONNELLE > Outils et méthodes d'organisation > Démarches : travailler pour votre propre compte

Démarches : travailler pour votre propre compte

Publié le 31/05/2016
Vous rêvez de briser les chaînes qui vous relient à votre employeur, vous admirez les personnes qui ont osé sauter le pas...

Leur réussite vous fait envie. Et si vous passiez à l'action ? 

Vous maîtrisez l'ensemble de vos missions et surtout, vous êtes parfaitement capable de les gérer de A à Z sans aucune intervention extérieure. On vous consulte souvent pour votre avis, vous êtes un "personnage clef" dans votre entreprise ou au sein de votre réseau mais vous aspirez à plus d'indépendance. En clair, vous êtes prêt(e) à travailler en solo. Quelles solutions choisir et comment réussir ? 

 

➜ Un projet, plusieurs possibilités

Avec ses formalités réduites au minimum, l'entreprise individuelle (EI) est parfaite si vous souhaitez gérer votre entreprise sans associé. Mais la création d'une SARL (Société à Responsabilité Limitée) rendra votre activité plus crédible aux yeux de vos partenaires (banque, fournisseurs, clients) tandis que le portage salarial pourra vous rassurer.

  • Créer une entreprise individuelle ou une SARL. Vous serez libre de gérer votre activité à votre convenance (définir vos tarifs, rechercher et sélectionner les marchés). Cependant, vous serez également responsable de la facturation, des encaissements, de la gestion administrative et comptable de votre activité. Notre conseil : si vous êtes en CDI, sollicitez un congé pour création d'entreprise. Ce dernier vous offrira la possibilité de travailler à temps partiel pendant une année, voire deux, puis de retrouver votre emploi si le projet n'a pas abouti.
  • Rejoindre une société de portage salarial. Dans ce cas, votre indépendance va être plus nuancée, mais c'est une pratique qui se développe. Elle vous permettra d'être indépendant (vous démarchez vos clients librement et vous réalisez les missions pour leur compte) tout en conservant un statut de salarié.Notre conseil : choisissez une entreprise de portage salarial spécialisée dans l'accompagnement des cadres ou des experts. Cela vous permettra de ne pas vous isoler, de suivre des formations et de bénéficier d'un effet de synergie. De plus, profitez des services annexes offerts par les sociétés de portage : rencontre avec d'autres consultants, service Intranet, conseils et formations. 

 

➜ Des détails à ne pas négliger

Avant de créer votre activité, mesurez les tenants et les aboutissants de vos choix pour éviter les pièges les plus courants.

  • Présentez votre projet à votre employeur. Cela vous évitera de vous exposer à d'éventuelles poursuites pour concurrence déloyale. Si vous bénéficiez d'un congé pour création ou reprise d'entreprise, notez que l'obligation de loyauté et les clauses de non-concurrence perdurent durant toute la période de suspension de votre contrat de travail.
  • Estimez votre chiffre d'affaires prévisionnel pour choisir, en toute connaissance de cause, votre statut social (entrepreneur individuel ou gérant inscrit à la Chambre de commerce, consultant libéral ou en portage salarial. Identifiez avec soin l'objectif de votre entreprise et anticipez votre développement. Si votre objectif est surtout commercial (gérer des missions techniques pour le compte de vos clients), rapprochez-vous du CFE (Centre de formalité des entreprises), de la CCI et devenez prestataire de service. Si vous envisagez de privilégier des activités intellectuelles (formation, traduction, audit, etc.), le statut de consultant libéral s'imposera de facto et vous relèverez de l'Urssaf.

 

➜ Des conseils pour réussir

Pour progresser et vous imposer comme chef d'entreprise, suivez les conseils des gestionnaires avertis !

  • Proposez de "justes" tarifs ! Pour mettre en confiance vos clients et être crédible, chaque mission doit être chiffrée avec précision. Évitez de brader votre travail ! Au contraire, estimez le temps nécessaire, facturez l'urgence et/ou la complexité et établissez un devis avant de débuter vos travaux. De la même façon, faites signer un bon de commande à vos clients avant chaque mission en détaillant le contenu de la prestation que vous leur fournirez, les délais, etc.
  • Posez vos "conditions". Vous travaillez pour votre propre compte ? Rédigez des conditions générales de vente. Elles sont indispensables pour éviter pour litige éventuel avec vos clients. 
  • Apprenez à vous faire payer ! Les prestations intellectuelles doivent être payées à 30 jours mais, en pratique, le délai est souvent bien plus long. Exigez un acompte de 30% à la commande pour couvrir une partie de vos frais courants. Ensuite, relancez les retardataires avec tact et fermeté.

SUIVEZ-NOUS !
LinkedIn
Facebook
YouTube
Twitter
Instagram