Accueil > VIE PRO / VIE PERSO > FICHES METIERS > Zoom sur un métier > Assistant(e) parlementaire : un métier de l'ombre

Assistant(e) parlementaire : un métier de l'ombre

Publié le 06/02/2017
Un métier qui fait beaucoup parler de lui dans cette période pré-élections présidentielles...

L'assistant(e) parlementaire exerce des missions variées au service du parlementaire duquel il est employé. Soutien administratif, moral et technique, l'assistant(e) parlementaire se doit d'être polyvalent

Son employeur peut être l'un des 577 députés composant l'Assemblée nationale, ou l'un des 348 sénateurs composant la Chambre haute. 

Ses missions sont diverses et variées et dépendent des besoins de son employeur :

  • gérer des dossiers administratifs (préparer l'agenda, répondre aux courriers, assurer la permanence téléphonique, adresser des e-mails...)
  • fournir une veille juridique sur des thématiques précises et apporter une expertise juridique sur des textes variés (projets ou propositions de lois, amendements, etc.)
  • prendre part à la rédaction de propositions de lois ou d'amendements
  • soutenir le parlementaire grâce à une aide technique et morale.

 

➜ Les qualités requises

Méticuleux, fiable et doté de capacités relationnelles irréprochables, l'assistant(e) parlementaire) devra également disposer d'importantes capacités de synthèse et d'analyse, être capable de gérer le stress et les heures supplémentaires

Par ailleurs, en tant que proche collaborateur de parlementaire, l'assistant(e) doit faire preuve d'écoute, de tenacité et d'anticipation. Il/elle doit être capable d'encaisser les coups, de garder son sang-froid et de trouver la sérénité intérieure pour lui permettre de rebondir. 

Il est également nécessaire de savoir gérer l'incertitude. Il s'agit d'un contrat de travail de droit privé, soumis à de nombreux aléas (démission, dissolution de l'Assemblée nationale, non réélection...) qui peuvent modifier les plans de carrières.

 

➜ Les possibilités d'évolution 

Le métier d'assistant(e) parlementaire n'implique pas un parcours bien défini. Le recrutement est souvent effectué au gré des opportunités. En outre, il s'agit généralement d'un emploi occupé de façon limitée dans le temps, souvent en début de carrière. 

Dans certains cas, la fonction d'assistant(e) parlementaire constitue un tremplin pour démarrer une carrière dans la politique. Elle apporte en effet une connaissance des dossiers et des arcanes de la politique, ainsi que la création d'un réseau politique. 

 

➜ Le salaire

Salaire brut mensuel d'un débutant : 2000€

Les attachés parlementaires perçoivent entre 2000 et 3000€ nets mensuels.

 

➜ La formation nécessaire

Les assistant(e)s parlementaires sont souvent recrutés grâce à un niveau d'études important, notamment en droit ou en sciences politiques, car les missions dévolues impliquent une bonne connaissance juridique et politique. Toutefois, un haut niveau d'études n'est pas une obligation, même s'il est fortement recommandé.

 

➜ Un métier particulièrement confidentiel

On dénombre environ 2000 assistants parlementaires en France. Les places sont donc très chères et la seule compétence n'est pas une clé absolue pour intégrer cette profession. Les connaissances et le réseau sont des méthodes quasi incontournables pour accéder à ce métier. 

 

Lire la fiche complète


SUIVEZ-NOUS !