Accueil > VIE PRO / VIE PERSO > FICHES METIERS > Zoom sur un métier > Assistant(e) juridique : les spécificités du métier

Assistant(e) juridique : les spécificités du métier

Publié le 22/02/2016
Après 15 ans passés en qualité de Responsable juridique dans des groupes tels que Havas, SAE, Lyonnaise des Eaux, Ecco Sécurité, Valérie PRESLE a décidé de se consacrer aux PME-PMI, et TPE afin de leur apporter un soutien juridique et administratif, ce depuis 15 ans également.

Ce soutien passe également et surtout par la formation des assistantes afin que ces dernières puissent prendre en charge le quotidien juridique de leurs sociétés.

Elle anime, chez EFE, le « Cycle Certifiant Assistant(e) Juridique »  et les formations « Assistant(e) Juridique, niveau 1 » et « Assistant(e) Juridique, niveau 2 ».

 

 

 

Les missions classiques de l'assistant(e) juridique : 

L’assistante juridique a pour mission principale d’assister un juriste : responsable juridique d’une entreprise ou d’une administration, avocat, notaire… En dehors des activités traditionnellement dévolues à l’assistante, elle se doit de maîtriser des tâches spécifiques liées à l’environnement juridique.

 

Les spécificités de ce métier : 

La plus grande spécificité du métier d’assistant(e) juridique est sa polyvalence. Il / elle est amené(e) à gérer la préparation de dossiers rassemblant les documents nécessaires aux procédures, elle participe à la rédaction de notes de synthèse ou de conclusions. En entreprise, elle aborde toutes les questions liées au droit des sociétés, au suivi de dossiers juridiques, la gestion des dossiers contentieux parfois même elle peut être appelée à aborder les questions liées au droit social (formation professionnelle, procédures de licenciement…). Il ne faut pas oublier que l’assistant(e) juridique assure également une veille documentaire des textes de lois et de la jurisprudence.

 

Les qualités demandées à un(e) assistant(e) juridique :

Les principaux atouts d’une assistante juridique sont sa rigueur, son sens de l’organisation, son autonomie (savoir faire preuve d’initiative), sa discrétion. Une aisance dans l’expression orale et écrite est indispensable. Par ailleurs, elle doit être capable de gérer les priorités et surtout son stress.

Les difficultés sont multiples nécessitant à la fois des connaissances juridiques et des automatismes qu’il faut développer pour assurer l’efficacité au quotidien. Les formations sont heureusement là pour permettre d’acquérir les savoir faire et savoir être indispensables.

 

La formation « Assistant(e) juridique – Niveau 1 » proposée par EFE permet aux assistant(e)s juridiques nouvellement entrées en fonction d’acquérir ces connaissances et outils pour développer ces automatismes, maîtriser le vocabulaire juridique, savoir préparer les contrats types adaptés, organiser l’activité contentieuse du service, exploiter les outils d’une veille juridique efficace et trouver sa place dans son équipe.


SUIVEZ-NOUS !
LinkedIn
Facebook
YouTube
Twitter
Instagram