Accueil > VIE PRO / VIE PERSO > FICHES METIERS > Zoom sur un métier > Assistanat spécialisé, un marché exigeant, mais rémunérateur !

Assistanat spécialisé, un marché exigeant, mais rémunérateur !

Stéphanie Santerre
|
Publié le 29/01/2018
Les entreprises poursuivent leur recherche de profils experts, toujours plus polyvalents et spécialisés. En faveur des candidats, le marché de l'assistanat spécialisé offre de nombreux débouchés, les plaçant en position de force dans la négociation des contrats. Mais une bonne rémunération ne suffit plus... désormais, l'intérêt du poste passe avant tout.

Gestion, administration des ventes, services généraux, logistique... : les assistant(e)s spécialisé(e)s présent(e)s dans ces domaines peuvent se rassurer. Au palmarès des fonctions dont les salaires vont bondir en 2018, selon la dernière étude de rémunération Robert Half, ils évoluent dans des domaines d'intervention parmi les plus demandés par les organisations aujourd'hui.

Au top des plus fortes hausses, le chargé de recouvrement junior, tout droit sorti de l'école, observe même son salaire moyen grimper de 9% par rapport à 2017.

Élargis à plus de compétences, les profils spécialisés ont su se rendre indispensables en entreprise. Il n'est ainsi plus rare de voir l'assistant de direction, plus opérationnel qu'un gestionnaire administratif, s'imposer comme le nouveau bras droit du dirigeant, juge le spécialiste de recrutement.  

Selon Hays, la fonction d'assistant commercial bilingue a également fait l'objet d'une forte demande cette année, notamment sur les profils juniors avec peu ou pas d'expérience. 

 

Pour Jérémy Jouanneau, manager office support au sein du cabinet de recrutement spécialisé : "les recruteurs se sont même retrouvés en pénurie de candidats. Les profils techniques et expérimentés, en particulier dans l'immobilier, continuent pour leur part à être très prisés par les entreprises"

 

 

➜ Des profils plus polyvalents

Toutes fonctions confondues, l'usage de l'anglais opérationnel (voire courant), comme des logiciels de gestion dans les fonctions attribuées, restent des prérequis essentiels du métier. Ces critères peuvent même expliquer les différences salariales sur des postes identiques

Sur la partie informatique, les outils tendent aujourd'hui à se complexifier, couvrant toujours plus de fonctionnalités incluant, entre autres, les ressources humaines ou la finance d'entreprise. 

De plus, et c'est souvent la part complexe d'un recrutement sur ces profils, la personnalité de l'assistant(e) doit correspondre avec celle de son supérieur hiérarchique. D'où l'importance de cultiver son savoir être, autant que son savoir-faire. 

 

"Au-delà des diplômes voire de l'expérience, commente Robert Half, le profil doit prouver son agilité et sa disponibilité".

 

Avis partagé chez Gays, qui observe une appétence de plus en plus marquée des organisations pour les profils polyvalents, et capables d'assurer des tâches complexes. 

 

"En conséquence, la multicompétence est de plus en plus reconnue et valorisée par les dirigeants, remarque Jérémy Jouanneau. Si le nombre d'assistant(e) tend à se réduire pour des raisons stratégiques et économiques, on leur accorde toutefois davantage de responsabilité et d'autonomie dans leur fonction. Leur rôle est devenu charnière, mais l'on attend en parallèle des candidats une plus grande adaptabilité"

 

 

➜ Un marché en faveur des candidats

En attente des meilleurs profils, à l'image des années précédentes, le marché est donc plutôt porteur pour les assistant(e)s spécialisé(e)s; qui se retrouvent ainsi dans l'embarras du choix face à la profusion d'offres d'emploi

Reprenant la main sur le marché du recrutement, après plusieurs années de vaches maigres, les entreprises profitent en effet du retour de la croissance (+1,8% en 2017 selon l'Insee) et se remettent à embaucher plus massivement. 

 

Même constat du côté de Hays, note Jérémy Jouanneau : "Le marché de l'emploi est cette année plutôt favorable, avec davantage de missions en intérim proposées. Nous notons davantage d'opportunités et les offres sont pourvues rapidement"

 

Une bonne nouvelle qui s'accompagne d'une multiplication des contrats en CDI, mais aussi plus de difficultés pour les entreprises à la recherche de renforts ponctuels. Dans l'intérim, celles-ci recherchent des candidats immédiatement opérationnels tout en se montrant de plus en plus exigeantes sur les niveaux de compétences. 

Les ressources humaines ont plus de mal à dénicher la perle rare : près des deux tiers des directeurs et managers interrogés estiment ainsi qu'il n'est plus compliqué de recruter des profils de haut niveau par rapport à 2012. En outre, les processus de recrutement s'allongent : près de trois mois sont désormais nécessaires afin d'embaucher un salarié non-cadre, près de quatre pour les cadres managers. 

Face à ces difficultés, les salariés sont davantage en position de force et deviennent plus exigeants dans les négociations. 20% d'entre eux devraient d'ailleurs bénéficier d'une augmentation de salaire cette année, selon les prévisions de Robert Half. 

 

 

➜ Le retour de la prime, gage de reconnaissance

Mais pour attirer et conserver les talents, une bonne rémunération ne suffit pas - ou ne suffit plus ! Les candidats sont 71% à placer l'intérêt de leur poste avant le salaire.

Un constat d'autant plus marqué chez les "Millennials" (catégorie d'individus nés à partir de 1980, et en particulier après 1995), rompus aux usages d'Internet et des nouvelles technologies : plus les salariés sont jeunes, plus ils sont prêts à sacrifier leur rémunération pour obtenir le "job de leur rêve". Critère tout aussi important que celui d'essayer d'atteindre un meilleur équilibre vie privée / vie professionnelle et la possibilité d'évoluer tout au long de sa carrière.

Motivante, la prime revient sur le devant de la scène. Reconsidérée, dans un contexte où la demande tend à devenir plus importante que l'offre, elle incarne un élément de reconnaissance de la performance des collaborateurs, d'impact sur leur motivation et de sentiment d'appartenance.  


SUIVEZ-NOUS !
LinkedIn
Facebook
YouTube
Twitter
Instagram