Accueil > VIE PRO / VIE PERSO > VIE PROFESSIONNELLE > Actualités > « Un parfait binôme complémentaire »

« Un parfait binôme complémentaire »

Publié le 24/08/2018
Jean-Claude Lavorel Président de Lavorel Groupe et Directeur général de Lavorel Hotels CARINE POTIN-GORBATTOFF Attachée de direction (et office manager) de Jean-Claude Lavorel Interview croisée d’un homme d’affaires exigeant, sans détour, bienveillant ; et d’une assistante solaire, loyale, très investie. Un parfait binôme, complémentaire, qui fait grandir l’un et l’autre chacun à leur manière, depuis 20 ans.

Assistant(e) Plus a lancé ses soirées assistant(e)s à Lyon, il y a 4 ans, grâce au concours de Lavorel Hotels. Nous y avons croisé Carine Potin-Gorbattoff, l’attachée de direction de Jean-Claude Lavorel. Charmés et intrigués par son charisme, une interview croisée avec son président s'imposait. Pour comprendre comment une relation de confiance mutuelle peut mener vers l’épanouissement professionnel. Même si cela n’était pas gagné d’entrée de jeu…

 

ASSISTANTE PLUS : Depuis combien de temps travaillez-vous ensemble ? Comment a démarré votre collaboration ?

Jean-Claude Lavorel : Cela fait quasiment 20 ans. Avant la prise de poste de Carine, j’avais « testé » 5 assistantes. Ce qui m’avait d’ailleurs valu une réputation à Lyon, de dirigeant invivable ! J’avais eu le tort de recruter par réseau, par manque de temps… et n’avais pas, à l’époque, mesurer l’importance du « caractère » (personnalité) de l’assistante qui m’accompagnerait au quotidien dans les différentes tâches et missions confiées. Je suis un dirigeant très exigeant qui attend de lui-même et de ses collaborateurs le même niveau d’excellence - et cela passe en premier par la maîtrise de l’orthographe et de l’expression de la langue française, indispensable à la réputation sérieuse d’une entreprise. Passé mes échecs de recrutement (d’il y a 20 ans), j’ai eu l’idée de faire une réunion de candidates. Autour d’une table, j’ai ainsi réuni une dizaine d’assistantes. Très rapidement, Carine est « sortie du lot ».


Carine Potin-Gorbattoff : Au mois de mars de cette année, cela a fait 18 ans (déjà !) que je travaille aux côtés de Jean-Claude Lavorel. Au départ, ce métier, je ne l’ai pas réellement choisi… Le hasard de la vie m’a menée là où je suis actuellement, ou plus exactement, un collègue et ami, responsable de zone export dans l’entreprise dans laquelle je travaillais en 2000 et qui savait que je souhaitais « bouger » m’a montré un article d’un magazine dans lequel Jean-Claude Lavorel, alors président fondateur de LVL Médical (depuis 1989) parlait de son entreprise, ses projets, etc., et de sa difficulté à recruter une assistante de direction. En parallèle, une annonce de recrutement avait été publiée. À cette époque, je ne connaissais ni LVL Médical, ni Jean-Claude Lavorel, ni le secteur d’activité (de l’assistance médicale à domicile). Poussée par ce collègue, j’ai envoyé ma candidature. Ont suivi entretien collectif, synthèse écrite et lettre de motivation à l’issue de ce premier rendez-vous, puis entretien en face-à-face avec Jean-Claude Lavorel, enfin, un rendez- vous téléphonique…

Les débuts de notre collaboration ont été difficiles. Si difficiles… que je me suis demandé plus d’une fois pourquoi j’avais démissionné de mon précédent poste. Je découvrais une personnalité très forte, atypique, et un mode de management « à part ». Puis, je suis partie en congé maternité. À mon retour, notre relation de travail et notre relation humaine ont évolué. Il s’est adapté à moi comme je me suis adaptée à lui…


J-C L. : Les premiers temps de Carine ont été effectivement assez difficiles… Elle manifestait l’âme d’une personne contestataire. Autant j’apprécie que mes collaborateurs me soumettent leur opinion, qu’il y ait un échange constructif, mais pas le fait d’avoir une personne à mes côtés constamment réfractaire à mes prises de décision ! À tel point que j’ai d’ailleurs envisagé de la remplacer au retour de son congé maternité. Or, à son retour, j’ai découvert une tout autre personne ! Apaisée et en phase avec ma vision des choses. Aujourd’hui, Carine m’est indispensable.


A.P. : Carine, quelles sont vos tâches au quotidien ? avez-vous une part d’autonomie ?


C.P-G : Il n’est pas aisé de résumer mes tâches quotidiennes tant mon champ d’intervention est large ! Je fais un métier très complet, parfois compliqué, et presque toujours passionnant. Je peux faire des centaines de micro tâches, gérer pleinement, avec une grande autonomie, des dossiers ou des projets spécifiques et spécialisés. C’est aussi un poste qui consiste à gérer l’imprévu. Il faut donc savoir anticiper pour essayer d’en gérer le moins possible ! Il faut faire preuve de discernement, savoir prendre des initiatives et des responsabilités. Je gère aussi bien évidemment un agenda complexe et mouvant en fonction des urgences, des aléas… J’organise des réunions, des comités de direction ou de pilotage, les déplacements ou divers événements de mon dirigeant, je réponds aux e-mails et courriers (sous la dictée ou bien en rédigeant moi-même des réponses en fonction de ma connaissance des dossiers ou d’indications données). Je peux aussi faire des recherches sur internet, de la rédaction de notes ou de courriers officiels (politiques, avocats…), le suivi des notes de frais, le suivi de devis, de travaux. Je gère les problèmes liés au fonctionnement de l’entreprise, les services généraux. Je suis également l’interface de contacts, parfois de haut niveau (institutionnels, journalistes, avocats…). Et j’interviens sur des dossiers confidentiels, qu’ils soient liés au développement, aux ressources humaines ou à la stratégie…

Lorsque vous êtes aux côtés d’un dirigeant de haut niveau tel que Jean-Claude Lavorel, il y a également une part importante d’assistanat personnel, privé. Au fur et à mesure que l’activité croît, un haut dirigeant n’a plus le temps de faire certaines tâches, et c’est son assistante qui prend le relais pour lui permettre de rester pleinement concentré sur ses objectifs. En somme, je ne suis pas une simple « exécutante », je suis une facilitatrice de vie pour mon dirigeant. Je lui permets de se concentrer sur ses objectifs, sur la stratégie et le développement de l’entreprise en lui évitant au maximum des problèmes quotidiens. Chaque jour, je coordonne au mieux pour lui assurer une certaine fluidité logistique et mentale. Et, je suis certes très autonome, mais je demande toujours sa validation finale.

J-C L. : Carine est en effet autonome sur grand nombre de dossiers, et je n’interviens qu’en phase finale. Confiant, je sais que ses tâches (mineures ou majeures) seront très bien exécutées. Peut-être trop bien d’ailleurs… tant Carine a un sens aigu de la perfection, le sens du détail…


A.P. : Il y a eu une incontestable évolution de poste. Carine, comment pourriez-vous le traduire ?


C.P-G : Mes missions ont évidemment évolué au fil des années sinon je n’aurais pas pu rester 18 ans ! Aujourd’hui, je remplis davantage les fonctions d’office manager. (Poste pour lequel j’ai suivi il y a six ans, une formation qualifiante à Paris). Et pour lequel le savoir-faire importe autant que le savoir être et qui est en quelque sorte la suite logique du métier d’assistante de direction… Être office manager, c’est motivant ! Des responsabilités, des missions diverses, un quotidien où les jours se suivent et ne se ressemblent pas (ce qui est très formateur). En résumé, je suis conseillère, scribe, aide de camp, oreille, bras, plume, back-office, etc. De plus, je manage une personne, et bientôt, je vais aussi avoir la responsabilité d’une assistante administrative.

 

➜ EN BREF

CHIFFRES CLÉS LAVOREL HOTELS :

  • 409 Chambres, dont 59 Suites
  • 4 400 m² d'espaces de réunion
  • 5 restaurants, 1 étoilé
  • 2 spas (dont 1 de 450 m²)


A.P. : Beaucoup de travail et de responsabilité vous sont demandés… Vous sentez-vous épanouie professionnellement ?


C.P-G : Totalement épanouie ! Cela se traduit par le fait que je prends des initiatives et que je suis force de propositions. J’ai un état d’esprit positif, je travaille dans la bonne humeur (ce qui est essentiel pour être efficace). J’entretiens de bonnes relations avec les collaborateurs, à tous niveaux, car j’estime que chacun est important et apporte sa pierre à l’édifice.


J-C L. : Le fait que Carine soit épanouie professionnellement est primordial. C’est une garantie de bonne humeur, et de travail simplifié. Il est très important en effet pour un dirigeant que la première personne par qui vos interlocuteurs transitent, renvoie une image positive de l’entreprise. Une assistante personnelle, certes pondérée, qui est enjouée et accueillante peut être un facteur clé dans la mise en oeuvre de futurs projets.


A.P. : Pour finir, comment percevez-vous chacun votre binôme ? Ses points forts ? des points faibles à améliorer ?...


C.P-G : C’est une histoire de relation forte, axée sur le travail et le développement de l’entreprise. Il y a une bonne synergie et une vraie relation de confiance entre nous. Nous sommes pourtant bien différents en plusieurs points ! De nature prudente, j’aime peser le pour et le contre avant de m’engager, m’assurer que tout est en ordre, au détail près, même infime. Je suis plus à l’aise en position de retrait, d’étude, de back-office…


J-C L. : Je suis un communicant, un fonceur, un aventurier. Je vais donc vite dans ce que j’entreprends. Ces traits de caractère sont en phase avec ma fonction de fondateur et de dirigeant. Nous sommes complémentaires avec Carine. Je suis tourné vers l’extérieur, elle, concentrée sur l’« interne ». Peut-être un peu trop d’ailleurs… Il m’arrive de lui dire de foncer, de lâcher prise sur certains détails !


C.P-G : Si notre binôme fonctionne aussi bien, c’est aussi parce que nous nous retrouvons autour de valeurs communes d’engagement, de travail, de respect, d’humanisme, et de sensibilité. Jean-Claude Lavorel est un dirigeant qui vous pousse à vous dépasser tout en vous donnant confiance en l’avenir, à rester positif, à se réinventer face à l'imprévu… Moteur d'énergie mais aussi de pression ! Je n’ai pas encore réussi (après toutes ces années) à le faire « aller moins vite ». Comme il délègue beaucoup, il ne mesure pas toujours certains obstacles qui peuvent freiner les dossiers… Je n’arrive pas suffisamment à lui dire NON (et il le sait parfaitement !) mais je ne désespère pas d’y arriver !


J-C.L : J’en conviens, je suis impatient. Même si je suis plus tempéré aujourd’hui, plus « sage », fort d’expériences, de réussites, d’échecs… J’attends beaucoup de Carine. Mais c’est sans doute parce qu'elle n’est pas une salariée « lambda »… Elle occupe une place à part.

 

➜ portraits

Jean-Claude Lavorel

Autodidacte, homme de terrain et visionnaire. En quelques mots… À 23 ans seulement, il crée son entreprise. de prêt-à-porter.

  • En 1989, il fonde son groupe LVL Médical.
  • En 2012, la vente de ce groupe à Air Liquide, lui permet de se consacrer à sa passion : l’hôtellerie. Il constitue Lavorel Hotels, filiale hôtelière de sa holding Lavorel Groupe. www.lavorelhotels.com

 

Carine Potin-Gorbattoff

Ses principales formations & expériences :

  • 1993 : Licence LEA, spécialité "Affaires et Commerce" à L'université Lyon III
  • 1993 : Diplôme de la Chambre de commerce franco-britannique
  • 1993 à 2000 : Coordinatrice commerciale export, Gerflor
  • Depuis 2000… Assistante du Président Jean-Claude Lavorel (de LVL Médical à Groupe Lavorel)

 

Pour plus d'informations sur : www.lavorelhotels.com